Faits divers UNE

Commissariat du 1er arrondissement  de Kati : Cheick H. Kamangué dit Cheick CFA de nouveau en tôle

Bandit de grand chemin et ex-pensionnaire, Cheick Hamallah Kamangué dit Cheick CFA activement recherché pour association de  malfaiteurs et vol de moto, a été arrêté et mis en tôle par le commissariat du 1er arrondissement de Kati.

Le nommé Cheick CFA  était activement recherché par la Brigade de recherches pour association de  malfaiteurs et vol spectaculaire de moto en face de l’école fondamentale de Kadi Noumorila à Kati.

Localisé par les éléments du Commissaire Divisionnaire de Kati, il a été interpellé le 25 septembre 2019 par une équipe de la Brigade de recherche conduite par son chef, l’imperturbable Major Souleymane Z Coulibaly dit Konkoun Solo.

Pour rappel, ce même Cheick CFA avait été déféré en 2016 pour vol et a été condamné à 05 ans de prison ferme. Libéré en 2017, il a été interpellé courant la même année pour association de malfaiteurs, tentative de meurtre et détention illégale d’arme à feu.

Au-cours de son séjour en prison, il a fait connaissance des nommés N’Tji  N’fah Traoré, déféré en 2016 pour une affaire similaire, mais qui s’était évadé de prison puis repris une année plus tard, par la même brigade de recherches et un autre Yousouf Sidibé déféré en 2017 pour vol à main armée.

Interpellé courant le début de l’année 2019 pour vol de moto, ce dernier a révélé au cours de cette enquête plusieurs cas de vol en bande commis par le trio, avant d’être déféré au Tribunal de grande instance de Kati. C’est pour ce motif que les nommés Cheick Hamallah Kamague et N’tji N’Fah étaient recherchés.

 Les recherches continuent pour interpeller le nommé N’tji N’Fah qui est toujours dans la nature. Le nommé Cheick CFA déféré, le 27 septembre dernier, est placé sous deux mandats de dépôt dont l’un pour vol de moto et l’autre pour association de malfaiteurs Sa maman, mécontente, s’adressa ouvertement aux policiers chargés de le conduire en prison en ces termes : « mon fils va bientôt recouvrir sa liberté, comme d’habitude ».

Yaye Guindo, Stagiaire

Le Soft

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *