EN CLAIR Politique

Concertation sur la révision constitutionnelle : La classe politique salue la démarche inclusive d’IBK

Les concertations vont bon train à propos de la révision constitutionnelle entamée par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Classe politique et organisations de la société civile semblent s’accorder sur l’essentiel sur le sujet, comme en témoignent les propos des leaders à qui le document portant le projet en question a été remis par le Chef de l’Etat.

Le Comité d’Experts sur la révision constitutionnelle a remis officiellement au Chef de l’Etat le document contenant le projet du travail à lui confié par le Président de la République. Ce dernier est en train de  partager son contenu  avec toutes les forces vives de la Nation, à savoir la classe politique et les organisations de la société civile.

Pour la circonstance, le Président IBK a accordé des audiences avec l’ensemble de ces forces. Il ressort de leur entretien que tous les acteurs semblent partager sa démarche qu’ils jugent inclusive. C’est le cas de l’Honorable Amadou Thiam, Président de l’ADP-Maliba qui, lors de l’audience que leur a accordé le Président de la République, a qualifié inclusives les démarches de ce dernier.

A ce propos, l’Honorable Thiam a décliné la position de son parti qui s’inscrit dans toute démarche visant à ramener la paix et la quiétude au pays. La révision constitutionnelle en cours d’étude s’inscrit dans ce cadre.  «Celle-ci est inclusive, nous trouvons cette démarche inclusive avec les concertations en cours sous l’égide du Chef de l’Etat. Que cet élan soit maintenu pour le bonheur du Peuple malien», a-t-il souligné. Pour le Président de l’ADP-Maliba, aucun sacrifice n’est de trop pour le Mali.

Même appréciation pour Modibo Sidibé, Président des FARE Ankawuli. Il trouve en la démarche d’IBK l’amorce d’un dialogue social inclusif qu’il souhaite de tous ses vœux. Tout en s’inscrivant dans la dynamique de sortie de crise, le Président de FARE Ankawuli invite le Pouvoir à faire du dialogue social refondateur son cheval de bataille.

Le parti YELEMA de l’ex-PM Moussa Mara s’inscrit également dans la dynamique d’amorce de dialogue. Son Représentant a affirmé que le parti du changement est partant pour toute démarche visant à ramener la paix et la quiétude au Mali.

Les organisations de la société civile les emboitent également le pas. Lors de l’audience de remise du document projet de Révision constitutionnelle, le Président du Conseil National de la Société Civile (CNSC) n’a pas tari d’éloges à l’endroit du Chef de l’Etat pour les avoir impliqué dans le processus.

Boureima Allaye Touré a affirmé que les  organisations  membres du CNSC qu’il dirige sont partantes pour cette Révision constitutionnelle.

Au vu des adhésions populaires venant de la classe politique et organisations de la société civile, on peut dire sans risque de se tromper  le projet suscite de réel engouement auprès de la majorité des maliens. Seule une minorité veut faire la brebis galeuse en sabotant ledit projet. C’est le cas des regroupements politiques tels que le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) de Soumaïla Cissé et des Convergences des Forces Patriotiques d’Oumar Mariko veulent tirer sur les ficelles en critiquant ledit projet. Pour le saboter, leurs Responsables ont refusé de répondre à l’invitation à eux adressée par le Président de la République pour la remise du document projet. Lequel refus est considéré comme un non évènement par la majorité qui adhère au projet en cours. IBK est en passe de gagner son pari de la révision constitutionnelle. Le tintamarre des brebis galeuses n’est pas de nature à empêcher sa réussite.

Ambaba de Dissongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *