EDITO

Autrement dit : À beau mentir qui vient de… chez nous !

Autant le ridicule ne tue plus au Mali ; mentir, aussi, est devenu, presque, une vertu. Mentir est devenu un sport national, un exercice auquel s’adonne toute notre élite dirigeante, sans aucune gêne. Toute honte bue, sans scrupules, nos dirigeants mentent au vu et au su de tous sur des sujets connus de tous.

Le mensonge est devenu un mode de gouvernance au Mali et son lancement officiel a eu lieu au tout début du premier mandat du président de la République de retour de son désormais «historique» voyage de Chine. À l’issue duquel il a annoncé avoir «récolté» la coquette somme de 10 milliards de dollars (près de 5000 milliards de FCFA). Accueil en pompe, mobilisation de toute la nation, communication à outrance, ensuite… rien ! Sept ans après, on ne sait toujours pas où est passée cette «manne financière chinoise», et personne n’en parle !

Ce n’est pas le seul gros mensonge. Qui ne se souvient de ce communiqué de la ministre Traoré Seynabou Diop, d’il ya presqu’une année, dans lequel elle annonçait, officiellement, le démarrage des travaux de la route de Kayes… depuis, rien !

Ce n’est pas tout en ce qui la concerne, étayant ainsi l’adage selon lequel «une hirondelle ne fait pas le printemps». Elle a aussi osé annoncer, il y a de cela plusieurs mois, que le financement (78 milliards) de ce même tronçon a été bouclé et que les travaux commenceront, incessamment. Toujours, rien ! Ou si, il paraît, selon un communiqué qu’elle vient de pondre, que ce financement (déjà acquis) souffre d’une tension de trésorerie.Elle n’est malheureusement pas la seule menteuse dans le gouvernement, la protégée de CIRA.

Son collègue de l’Agriculture est champion toutes catégories en la matière. La fameuse photo de lui prise à Pretoria (jusqu’en Afrique du Sud), s’affichant avec des locomotives neuves (vous vous en souvenez ?), c’était «juste pour la photo».

Depuis une année qu’il nous a débité ce gros mensonge, point de locomotive ! Pis, la situation des chemins de fer et des cheminots ne s’est pas améliorée, que les travailleurs du secteur ont entamé une grève illimitée qui a coûté la vie à plusieurs d’entre eux.

Après, vous avez les annonces mensongères relatives aux avions pourris, celles des engrais frelatés, des tracteurs. Un autre gros mensonge est celui portant sur l’Accord d’Alger. Ce document, contrairement à ce qui se dit, n’a jamais fait l’objet de négociations directes entre les différentes parties (nous y reviendrons).

Makan Koné

Nouvelle Libération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *