EDITO

Dia ! dia ! Bakari TOGOLA n’était pas seul !

IBK, une fois au pouvoir, avait dédié l’année 2014 à la lutte contre la corruption au Mali, cette corruption qui plombait l’envol du développement du Mali. Il a fait ce constat avec précision et il n’a pas manqué de mettre en garde tous ceux qui en font leur pain quotidien. Au préalable, une organisation judiciaire du Mali avait qualifié lors d’un séminaire que la corruption était la première industrie du Mali, tellement elle était devenue endémique.

Malheureusement, la lutte annoncée contre la corruption par le président IBK a été un éléphant venu avec deux pattes cassées, car lui-même et ses proches se sont retrouvés dans ce circuit à travers l’achat de l’avion présidentiel et celui de l’achat des équipements militaires. L’acte qui a fait sortir IBK de sa torpeur, c’est l’impressionnant chiffre des victimes que la crise sécuritaire a provoqué en moins de deux ans au moment où nos avions de combat payés à plus de 54 milliards de F CFA étaient cloués au sol, faute d’entretien, sinon achetés en état épave.

Afin d’éviter une révolte des FAMA et de la population, IBK a ramené à la tête du ministère de la Justice, le même Malick COULIBALY l’un des meilleurs ministres anti-corruption. Une fois installé, Malick COULIBALY a dépoussiéré les dossiers  en commençant par  mettre le grappin sur le Griot politique patenté d’IBK, celui-là même qui a détrôné  Aliou DIABATE le titulaire du poste de griot auprès d’IBK d’où ce surnom nouveau collé à Bakary TOGOLA qui a fait des fonds de développement de l’agriculture des paysans maliens sa propriété sans tenir compte qu’un jour, il aura des comptes à rendre aux bailleurs de fonds. Dans cette lutte, d’autres ont été épinglés pour malversation financière notamment le Maire du district de Bamako,Adama SANGARE, Alpha Ousmane  GUITTEYE, ex-Directeur général de l’EDM, le Maire de la commune II Abba NIARE et son premier adjoint.

La liste n’est donc pas terminée encore, car d’autres collaborateurs de  Bakary TOGOLA à savoir les deux députés ADEMA du cercle de Kati, Tiassé COULIBALY et Seydou COULIBALY tous analphabètes viennent d’être inquiétés. En effet, une demande de la  levée de leur immunité parlementaire vient d’être demandée par le pôle économique. Nous nous rappelons qu’un jour de mai 2013, que ces deux paysans avaient exhibé chacun 20 millions en liasse comme caution à déposer pour être candidat aux législatives dans le cercle de Kati, face aux conférenciers venus pour le choix des candidats à la députation. Ils se sont allégement photographiés avec ses liasses sous  un tonnerre d’applaudissements de leurs supporteurs, comme si c’était un match de football.

Une fois élus, leur train de vie a complètement changé et ils se permettaient tout. Pour eux chaque femme, même celles mariées devraient être à leur portée.

Tiassé COULIBALY et Seydou COULIBALY vont-ils échapper à la justice, car leur rôle a été de couvrir les forfaits du griot politique Bakary TOGOLA qui ne faisait que leur faire signer sans rechigner, pensant qu’en tant que Député, ils étaient exonérés de passer devant la justice. L’Assemblée Nationale est donc attendue sur cette affaire pour prouver sa volonté de ne couvrir aucun délinquant financier.

La Rédaction

Le Démocrate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *