Actualité Société UNE

Détournement des intrants et équipements agricoles : La mise en garde adressée aux « aigrefins »

Les 15% du budget national accordés au secteur agricole au Mali n’arrivent pas à destination. D’où la mise en gardes du Président IBK contre les « aigrefins » du secteur qui détournent les intrants et équipements agricoles au détriment des petits producteurs.

L’agriculture malienne a d’énormes défis à relever pour passer du stade de subsistance à celui de commercialisation. Ce par la faute de « filous » qui sabordent les efforts consentis par le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita à travers les 15% du budget national qu’il consacre à la terre.

En effet, le Chef de l’Etat a mis au cœur de son projet de société  le programme d’équipements des exploitants agricoles en matériels de mécanisation et de motorisation, ainsi que la poursuite du programme de subvention des intrants agricoles, sans oublier les 15 % du budget national en faveur de l’agriculture. Mais, force est de constater que nombreux sont les responsables du secteur qui vivent d’escroqueries, de procédés indélicats qui freinent l’éclosion du secteur. En réseautage, ces « aigrefins » agricoles sont démasquables dans le département de l’agriculture et ses directions, et dans les faîtières agricoles telles que l’APCAM.

Dans son titre : « Mauvaise répartition de l’engrais aux paysans: Le DG de l’agriculture soupçonné de vol », du 28 mai 2019, notre confrère www.30minutes.net écrivait : ‘’La liste de distribution des engrais est sortie depuis quelques jours au niveau de la Direction nationale de l’agriculture. Au constat de la répartition faite, ce sont seulement 20 % qui sont allés aux paysans et le reste des 80% sont dans la nature. Le monde paysan n’est pas dupe, car les paysans connaissent la part qui doit leur revenir à chaque saison. Selon nos informations, le quota attribué aux différentes zones agricoles comme la zone Office du Niger, la zone CMDT, la zone OHVN, etc., est connu d’office. Aucune sorcellerie, aucun vol planifié ne peut passer inaperçue. Dans la recherche de l’engrais manquant, les regards sont tournés vers le directeur national de l’agriculture…’’.

Le lundi 27 mai 2019, lors du 9e Conseil supérieur de l’agriculture au titre de la campagne agricole 2019-2020, les avertissements du Chef de l’Etat sont allés vite. Si le président de l’APCAM Bacary Togola ait salué cet effort-là (celui du Président de la république d’avoir alloué 15% à l’agriculture), le Chef de l’Etat IBK n’est pas resté dupe des éloges tendant à masquer le détournement qui en est souvent fait. « Cet effort doit être compris tel qu’il est. Il s’agit d’appuyer effectivement l’effort paysan, il s’agit d’appuyer l’effort de production, en quantité et en qualité. Mais aucunement et jamais, pour nourrir de spéculation secrète de quelque ordre que ce soit », a indiqué IBK.

Et IBK d’avertir : « Les différents systèmes seront audités, et nul ne sera à l’abri par rapport à cela. Je n’accorde pas 15% au monde rural pour que des aigrefins en fassent un usage non désiré et non désirable. Tel n’est pas mon but. Que cela soit très clair».

Des équipements en souffrances

En ce qui concerne les Programmes des équipements des producteurs agricoles, interpelle le Chef du Gouvernement, Dr Boubou Cissé, même si ce dernier et son actuel ministre d’agriculture, n’en sont pour quelque chose : «Je vous invite rapidement à aller à la diversification pour prendre en compte les besoins des petits producteurs qui constituent la majorité » des acteurs.

« Là aussi nous avons beaucoup d’équipement en souffrance, monsieur le Premier ministre ce n’est pas normal. Nous ne pouvons pas nous permettre ou payer le luxe d’avoir des cimetières d’équipements à peine utilisés », a-t-il assené. Ainsi a-t-il ajouté, furieux : « Je prends acte».

DACK/Icimali.com

Contact : 71679258

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *