Actualité

Révision constitutionnelle : Un défi à relever par le Comité d’Experts 

Conduit par Makan Moussa Sissoko, Constitutionnaliste de son état, le Comité d’Experts est envoyé au travail pour sortir un produit consommable par tous. Il s’agit bien de la révision de la loi fondamentale de 1992. Les Maliens semblent accorder de l’importance à ce travail au vu des commentaires qu’on entend autour de ce sujet.

Après 27 ans de vie, les Maliens sentent la nécessité d’apporter des changements à la loi fondamentale de leur pays. Il s’agit de la Constitution du 25 février 1992. Les Présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré qui ont précédé IBK au fauteuil présidentiel l’avaient essayé en leur temps sans y parvenir. IBK l’a essayé en 2017, mais a été buté aux frondes des partisans de la plateforme ‘‘An Tè A bana’’ conduite en son temps par Mme Sy Kadiatou Sow et l’Honorable Amadou Thiam de l’ADP-Maliba. Dans le souci de préserver le climat social délétère, le Président de la République a mis un sursis à cette révision.

IBK  met le sujet sur le tapis en mettant un  Comité d’Experts sous la houlette du Chef du Gouvernement. Dirigé par Makan Moussa Sissoko, e comité regroupe des fins connaisseuses du droit au vu de sa composition. Il revient à ses membres de sortir un produit fini consommable par tous.

Le constat que l’on peut faire de cette révision est qu’elle bénéficie de l’adhésion populaire. Que ce soit des organisations de la société civile, des partis politiques, les maliens sentent la nécessité d’adapter la constitution du 25 février 1992 aux réalités d’aujourd’hui. L’AMSUNEEM qui regroupe les anciens de l’Union Nationale des Elèves et Etudiants du Mali (UNEEM) se dit favorable à cette révision constitutionnaliste. Son Secrétaire Général, Seydou Dembélé l’a affirmé lors de la présentation de vœux de nouvel an à ses membres à la Pyramide du Souvenir. Pour le Secrétaire Général de l’AMSUNEEM, notre loi fondamentale a besoin d’adaptation en certains de ses endroits. La révision proposée par le Chef de l’Etat répond à ce besoin. Toutefois, il demande une large concertation tout autour avec l’ensemble des forces vives de la Nation le faire. Telle est la vision de l’AMSUNEEM sur la révision constitutionnelle en cours. Du côté de la classe politique malienne, l’unanimité est de mise si l’on entend les propos de certains Hommes politiques. Que l’on soit de l’opposition ou de la majorité, des positions favorables se dégagent autour de cette révision. Pour ces personnes, la constitution évolue dans le temps et dans l’espace. Elle n’est pas figée et doit être modifiée chaque fois qu’il y a nécessité. C’est la vision de ceux qui y sont favorables. Toutefois, ces personnes souhaitent de larges concertations afin de bénéficier de l’adhésion populaire.

Au de ces adhésions populaires, on peut dire que carte blanche est donnée au Comité d’Experts pour faire le travail de révision constitutionnelle. En attendant la fin des travaux du Comité d’Experts, le Gouvernement doit poursuivre les concertations tant réclamées par les forces vives de la Nation afin d’éviter d’éventuelles contestations.

Ambaba DE DISSONGO

Source : L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *