Actualité

Situation sécuritaire et humanitaire dans le Centre : Des jeunes peulhs et dogons s’engagent pour la paix

Pour trouver une solution aux problèmes sécuritaires sévissant dans le Centre du Mali, des jeunes des associations Tabital Pulaku et de Ginna Dogon ont organisé une conférence de presse conjointe, le samedi 13 avril dernier, à la Maison de la Presse de Bamako.

 Avant d’entrer dans le but du sujet, les conférenciers ont demandé à l’ensemble de la salle d’observer une minute de silence en hommage à toutes les victimes de cette crise que traverse notre pays, le Mali, de 2012 à nos jours.

Tous Ressortissants de la 5e Région, ces jeunes ont tout prioritairement souligné la nécessité du désarmement de toutes les milices sévissant dans le Centre du pays.

Bokary Guindo de l’association Ginna Dogon déclare: «Il faudrait désarmer tout le monde, tous les porteurs d’armes, à part les militaires ».

Ensuite, soulignera  qu’un nombre important d’armes circule actuellement dans les Régions du Nord et du Centre du pays. Fa ce à cette réalité, poursuit-t-il, l’Etat doit parvenir à désarmer la zone.  Aux dires de Michael Barry  la Région de Mopti enregistre déjà des Déplacés, des écoles fermées, des bétails disparus, des stocks de vivres volés ou partis en fumée, la malnutrition chronique, des difficultés de plus en plus grandes de mobilités des personnes et des biens. «Mesdames et Messieurs, Face à cette situation, le Gouvernement du Mali, à travers ses structures concernées, notamment la Mission d’Appui à la Réconciliation Nationale (MARN), tente tant bien que mal d’endiguer le mal », a précisé Michael Barry  dans son discours.

Par ailleurs, ces Représentants des deux jeunesses, main dans la main, envisagent de se rendre sur le terrain, dans le cadre de cette réconciliation tant recherchée.

«Nous comptons bien organiser des forums communautaires, mettre à contribution les Autorités coutumières et traditionnelles en place pour pouvoir dialoguer sur la question des armes », a affirmé Michael Barry.

Tous convaincus qu’il n’y aura pas de paix durable, de réconciliation escomptée sans présence réelle de l’État sur l’ensemble de la Région du Centre et partout dans le Mali. C’est pourquoi, Bokary Guindo, dira que : «Le rôle de l’État est vital. Étant donné que personne ne pourra garantir la stabilité sans l’apport de l’État », a-t-il précisé.

Mais pour les jeunes des deux communautés, il n’y aura pas de paix durable, pas de réconciliation sans la présence réelle de l’État sur l’ensemble de la Région du Centre.

Pour terminer, les conférenciers ont adressé des remerciements  à l’endroit des femmes et hommes des médias et aux jeunes de la Région de Mopti pour le précieux appui qu’ils ne cessent d’apporter à la restauration de la confiance entre les Communautés de leur Région et du climat de vivre ensemble d’antan.

Mahamadou Sarré

L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *