Environnement Société

Financement du secteur Eau et Assainissement : La CN-CIEPA/Wash dénonce les disparités entre les régions ! 

Les populations maliennes ne bénéficient pas de façon équitable de financement pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, pourtant considéré comme des secteurs vitaux.

Le district de Bamako engloutit lui seul 53% du budget, soit 13,44 milliards de F CFA.  Une répartition que juge inégale les responsables de la structure devant la presse le 25 septembre 2020 à la Maison de la Presse de Bamako.

La Coalition Nationale pour la Campagne Internationale pour l’Eau Potable et l’Assainissement (CN-CIEPA/Wash) ne baisse pas les bras dans ses plaidoyers pour l’accès de tous à l’eau potable et l’assainissement. En collaboration avec IRC, elle a commandité un suivi sur le financement et la répartition des dépenses octroyées aux sous-secteurs eau et assainissement.

Le travail ainsi réalisé va de la période de 2017-2018 et concerne spécifiquement la zone de Bamako, Ségou et Mopti, domaine d’intervention de Watershed. Au cours de ces périodes indiquées, les financements accordés sont entre autres: 7,532 milliards de F CFA en 2017 contre 7,642 milliards de nos francs en 2018.

Pour l’assainissement, c’est de l’ordre de 7,236 milliards de F CFA pour 2017 et 4,222 milliards de F CFA pour l’année suivante. La disparité est de taille entre les deux sous-secteurs.

Le président de la CN-CIEPA invite les autorités du pays et les PTF à des financements accrus pour faire de l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous une réalité. En le faisant, ils auront redressé le tort causé aux citoyens qui en ont droit, a indiqué Dounantie Dao. 

Niger : plus de quatre millions d’euros au Programme de financement de la gestion des risques de catastrophe en Afrique

Même son de cloche du côté du Coordinateur de la CN-CIEPA, qui demande la hausse du budget alloué aux deux secteurs. De l’ordre de 2% du budget national, c’est insignifiant par rapport aux besoins du moment. Nous,  en tant que société civile intervenant dans le secteur, trouvons cela injuste et constitue une violation des droits fondamentaux des citoyens. La constitution reconnait ce droit, a ajouté Boureima Tabalaba.

La CN-CIEPA va lutter pour l’augmentation du budget à un niveau acceptable. Une invite est ainsi lancée à tous les acteurs intervenant dans le domaine, a conclu le Coordinateur de la CN-CIEPA.  Notons que la présente conférence de presse entre dans le cadre du programme Watershed qui tire vers sa fin. Ce programme axé sur l’eau potable dont la CN-CIEPA a bénéficié. C’est bilan de fin d’activités présenté à la presse portant sur le suivi et la répartition des dépenses faites par le gouvernement dans les localités bénéficiaires dudit programme. Un exercice jugé salutaire par les organisations de la société civile.

Hassana Kanambaye

L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *