Actualité UNE

Guerre de leadership à la CMAS : Issa Kaou N’Djim sur le fil du rasoir !

Issa Kaou N’Djim n’est pas prêt à lâcher la Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO (CMAS). Selon lui, seul l’imam Dicko peut le débarquer du fauteur de coordinateur général.

En présence plusieurs cadres du Bureau exécutif national et de sa 3eme épouse qui n’est autre que fille de l’imam Dicko,  le coordinateur général supposé déchu de Issa Kao D’Djim a animé un point de presse, le mercredi 3 février dernier au siège du mouvement à Magnambougou/Faso-Kanu en commune VI. Occasion pour lui de revenir sur le sujet brûlant de sa suspension de la CMAS, il y a quelques jours par un groupe de coordinateurs de communes et régions du Mali.

« Je suis et resterai toujours le Coordonnateur Général de la CMAS », a d’entrée de jeu martelé Issa Kaou N’Djim, lors du point de presse.

En effet, lors d’un point de presse le lundi 1 février 2021, une frange importante des membres du bureau exécutif national de la  CMAS a désigné Youssouf Daba Diawara, jusque-là secrétaire RH financé et matériel, comme nouveau Coordonnateur Général de la CMAS par intérim, en lieu et palace de N’Djim. Selon ceux-ci, Issa Kaou N’DJIM  qui a refusé de signer le Procès-Verbal de l’huissier lui aurait laissé la copie sur ses pieds, « n’engage plus le bureau (BEN) et ne répond plus au nom de la CMAS ».

Lire aussi: https://icimali.com/gestion-de-la-transition-au-mali-les-nouveaux-remedes-du-m5-rfp/

Le gendre de l’imam Dicko n’entend pas engager un bras de fer judiciaire  avec ceux qui l’ont suspendu, mais « résoudre » le problème « à l’amiable et dans la paix ».

« Le guide, Cheikh, restera toujours une référence patriotique pour moi. En dehors de la politique, il est mon beau père, mon maître. Ce n’est pas aujourd’hui que nous sommes ensemble, cela fait plus de 20 ans de relation entre Cheick et moi », a argué Kaou N’Djim. Qui a continué : « Est-ce qu’il possible que je fasse des actes qui peuvent détruire le nom de l’imam ? Ce n’est possible, j’ai donné plusieurs noms à l’imam comme éclairé, sage très respectueux, recours des peuples, Papa National, etc. Comment je pourrais aujourd’hui retourner comme la même personne au-delà des textes ? Si l’imam souhaite aujourd’hui, je ne serai plus de la CMAS. La semaine passée, j’étais chez l’imam ».

Alors que beaucoup attendent sa sortie pour calmer la tempête, l’imam entretient un silence radio face à ce dossier. Une manière pour lui de livrer en pâture son gendre ?

Badara Ali Koïta, Stagiaire

L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.