Economie International UNE

La BEAC : une anti-africaine contre les petites entreprises et contre les investisseurs

La Chambre africaine de l’énergie intentera une action en justice pour obtenir une injonction pour arrêter la mise en œuvre de la réglementation imprudente des changes (forex) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) qui est anti-africaine, contre les petites entreprises et contre les investisseurs. Comment la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a détruit l’emploi, l’investissement et les opportunités pour les entrepreneurs pétroliers et gaziers locaux.

Les entreprises énergétiques internationales et les entreprises de services locales passent beaucoup de temps à servir les gens, à résoudre des problèmes et à sauver des vies grâce à l’énergie et aux services qu’elles fournissent. Les membres de la Chambre africaine de l’énergie (http://EnergyChamber.org/) créent des emplois, élargissent les opportunités économiques pour de nombreuses communautés locales à travers l’Afrique et soutiennent un avenir prospère pour tous les Africains. Malgré la pandémie de Covid-19, ils n’ont jamais cessé de travailler pour notre continent et continuent de nous inspirer en se levant chaque jour et en travaillant plus dur parce qu’ils croient en la puissance du marché libre comme une force de bien dans nos communautés et dans notre combat contre la pauvreté. À la Chambre africaine de l’énergie, nous nous levons tous les jours pour les aider à le faire. Nous devons lutter pour la capacité de notre industrie énergétique à embaucher, investir, se développer et réussir en Afrique.

Alors que 2020 touche à sa fin, les Africains vivent dans un moment d’incertitude inédit en raison de la pandémie de Covid-19 en cours. Des millions de personnes ont perdu leur emploi et l’espoir d’une reprise économique reste inexistant pour une majorité de familles africaines. Comme si cela ne suffisait pas, les bureaucrates de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) ont décidé de faire adopter des réglementations destructrices d’emplois et d’investissements qui augmentent déjà le chômage, et finiront par anéantir tout espoir de voir des investissements futurs en Afrique centrale.

Transition : Le vice-président, Assimi Goïta, persona non grata à Bamako !

Les aspirations des gouvernements et des entreprises locales de la région de la CEMAC à construire un secteur énergétique dynamique et créateur d’emplois ont en effet été considérablement affectées par les réglementations de change imposées par la BEAC. Ces réglementations créent des barrières à l’entrée extrêmement dissuasives pour les investisseurs au Gabon, en République du Congo, au Cameroun, en Centrafrique, en Guinée équatoriale et au Tchad, et un arrêt brutal de tout type de développement de contenu local pour les entreprises et les entrepreneurs de ces pays.

Si l’objectif final de la BEAC de lutter contre la corruption est noble et doit être soutenu, ces réglementations empêchent essentiellement la libre circulation des capitaux et le rapatriement des bénéfices, et privent les entreprises locales de la capacité de concurrencer sur un pied d’égalité avec leurs homologues étrangers.

En raison de la dépendance de la région à l’importation d’équipements et de matériel pour les opérations pétrolières et gazières, la capacité des entreprises locales à établir de solides relations d’affaires avec des partenaires étrangers est essentielle à leur compétitivité et à leur capacité à conclure des contrats. Cependant, les règles de change de la CEMAC signifient que ses sociétés de services locales sont désormais incapables de payer rapidement et efficacement leurs fournisseurs étrangers. Concrètement, il faudrait plusieurs mois à une société de services locaux de la CEMAC pour honorer ses engagements contractuels avec un opérateur, contre seulement quelques jours ou semaines pour tout autre concurrent non contraint par la même réglementation de forex.

En conséquence, les entreprises d’Afrique centrale sont condamnées à perdre inexorablement les contrats qu’elles ont travaillé si dur pour obtenir des opérateurs étrangers présents en Afrique centrale. Dans une région où le pétrole et le gaz représentent 80% des revenus, les conséquences sur la croissance économique et la création d’emplois pourraient être catastrophiques. Pour aggraver encore les choses, l’Instruction N ° 002 / GR / 2020 de la BEAC de septembre 2020 sur les transferts de devises en dehors de la région CEMAC a mis en place des taxes supplémentaires de 0,75% sur tous les transferts effectués en dehors de la CEMAC à partir du 1er janvier 2021, en plus des frais et taxes qui existent déjà.

Au nom de la lutte contre la corruption, la Chambre africaine de l’énergie ne peut qu’observer un assassinat progressif des investissements en Afrique centrale, opéré via le châtiment des entrepreneurs locaux. Une grande différence doit être faite de toute urgence entre la lutte contre la corruption et la punition des entrepreneurs qui travaillent dur, et cela doit être fait avant qu’il ne soit trop tard. La BEAC ne peut pas aimer et soutenir les emplois tout en détestant ou punissant ceux qui les créent.

Ensemble, les membres de la CEMAC produisent environ 700 000 barils de pétrole par jour (b / j). Ils produisent également des quantités croissantes de gaz naturel, et la région abrite jusqu’à 5 millions de tonnes par an de capacité d’exportation de GNL, partagée entre la Guinée équatoriale et le Cameroun. Mais alors que la CEMAC tente de se remettre de la crise du Covid-19 et du krach historique des prix du pétrole, on ne peut que s’attendre à ce que les opérateurs soient contraints de contracter des sociétés internationales au détriment des entreprises locales. En Guinée équatoriale, où le ministère des Mines et des Hydrocarbures a fait pression pour accroître la conformité au contenu local, tous ces efforts sont désormais compromis par les politiques monétaires de la BEAC. De même, les dernières réglementations en matière de contenu local dans le nouveau code des hydrocarbures du Congo (2016) et du Gabon (2019) et le nouveau code pétrolier du Cameroun (2019) sont désormais rendues inutiles à moins que l’autorité monétaire de la région ne prenne un virage radical de politique.

La Chambre africaine de l’énergie, ses partenaires et ses membres appellent d’urgence la BEAC à agir dans l’intérêt de la CEMAC, dans l’intérêt de ses travailleurs et de ses entreprises. La nécessité d’avoir une politique monétaire qui tienne compte des préoccupations et de la voix de la plus grande industrie génératrice de revenus de la région est criante. À l’heure où l’Afrique s’apprête à déployer la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), la CEMAC et ses milieux d’affaires risquent d’être davantage laissés pour compte.

Lutte contre la délinquance financière sous Bah N’Daw: Fin de la recréation pour les délinquants financiers ?

Si les marchés de l’énergie de la CEMAC veulent se remettre des crises historiques de 2020 et améliorer le niveau de vie de leur population grâce à la croissance économique et à la création d’emplois, le climat des investissements et l’environnement des affaires doivent être soutenus par des politiques axées sur le marché et des réglementations financières appropriées.

Une réglementation excessive est devenue une menace pour la liberté et la prospérité individuelles et doit être freinée car ce sont les entreprises locales qui risquent d’en souffrir le plus. À une époque où l’investissement en capital dans le secteur de l’énergie s’épuise, en particulier pour les projets pétroliers et gaziers africains, l’approche autoritaire de la CEMAC n’est pas utile et est contre-productive.

Un virage politique est nécessaire pour lutter correctement contre la pauvreté énergétique, et un assouplissement de la réglementation des changes doit s’accompagner d’une baisse de la fiscalité des entreprises locales, de meilleures conditions fiscales pour les sociétés d’exploration, en particulier de l’impôt sur les sociétés, et de la promotion d’une plus grande prospérité, de la liberté individuelle et de l’investissement.

Icimali.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *