Sports UNE

L’anecdote d’Adil Rami sur Ronaldo : « Quand il frappe, c’est Olive et Tom! »

Lors de l’émission spéciale Cristiano Ronaldo de Top of the Foot sur RMC ce jeudi, Adil Rami a confié une anecdote très classe au sujet de la star portugaise. Le défenseur français raconte aussi ses souvenirs du joueur et de son grand rival Lionel Messi.

 Un monstre de talent, de travail mais aussi de classe. Adil Rami a rendu hommage à Cristiano Ronaldo ce jeudi, à l’occasion de l’émission Top of the Foot consacrée à la star portugaise sur RMC. Ancien rival du joueur sur les terrains de Liga, le défenseur français décrit une bête physique incroyable mais qui gardait toujours respect et classe sur et en dehors des terrains.

« Lionel Messi, sur le terrain, on avait l’impression de ne pouvoir rien faire. On ne peut pas défendre, il a toujours la bonne passe. C’est un don. Mais là où Ronaldo m’impressionne, c’est au niveau du travail, raconte Adil Rami. La première fois que je l’ai vu, c’est quand j’ai quitté la mairie de Fréjus et que je suis arrivé à Lille. Ils jouaient la Ligue des champions à l’époque. Je l’ai vu et je me suis dit ‘il est épais celui-là!’. Quelques temps plus tard, je l’ai rencontré en Liga… une machine. Après le match,  on est partis manger ensemble avec la famille et ils m’ont demandé ‘alors Ronaldo? ». Je leur ai dit que j’étais choqué de voir comment il est dur, pas un pète de gras! »

« Quand il frappe, c’est Olive et Tom! »

« Les premiers matchs, j’étais un peu stressé. Unai Emery m’avait dit de ne pas lui laisser un mètre pour jumper, d’être bien sur mes appuis et d’avoir une couverture parce que quand il frappe, c’est Olive et Tom! », poursuit le défenseur à propos de l’impact du quintuple Ballon d’or durant les matchs.

Gianluigi Buffon félicite Ronaldo et l’encourage à rattraper Pelé

Mais ce grand compétiteur est aussi un homme de classe. La preuve avec Adil Rami, collectionneur de maillots qui n’hésitait pas à demander à CR7 sa tunique. Grand seigneur, Cristiano Ronaldo n’a jamais refusé… mais un jour de défaite et d’énervement.

L’instant grande classe

« Avec tous les maillots de Messi et Ronaldo que j’ai, je peux m’acheter une villa à Los Angeles! La première fois, je vais voir Ronaldo, il accepte facilement. On rejoue, je lui redemande et il me le redonne… et, super respectueux, il récupère le mien à chaque fois. Plus tard, on joue contre le Real et on gagne, se souvient le champion du monde. Je lui demande son maillot pendant le match, il rigole et me demande combien j’en ai, mais il accepte. A la fin, je ne vais pas lui demander, je vois qu’il rentre au vestiaire super énervé. On se croise, il m’appelle, il vient vers moi, enlève son maillot, attend que je lui donne le mien et me souhaite bonne chance. La grande classe. »

Avec  RMC Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *