Sécurité

Lutte contre le terrorisme : Le cas du Mali cité en exemple dans la Sous-région

Le terrorisme et l’extrémisme religieux sont devenus une gangrène au plan sous-régional et international vu de ce qui se passe dans les pays frontaliers. Le Niger et le Burkina en sont durablement touchés avec les cas d’attaques des Commissariats de police, des Brigades de Gendarmerie, des postes de Sécurité. Les forces du mal ayant jamais égalées, les forces de défense et de sécurité vont s’y adapter pour venir à bout de ces attaques. Le Mali, qui a créé des Brigades et Postes de Sécurité militaires,  est cité comme cas d’école par ses voisins.

Tous ceux qui croyaient être à l’abri du terrorisme et de l’extrémisme religieux se sont détrompés. Ces forces du mal n’épargnent aucun pays à majorité chrétienne ou musulmane. Ces forces frappent partout et à des degrés différents. Leur objectif est de semer la psychose au sein des populations. Ces propos sont du Dr Bourèma Kansaye, Criminologue de son état. Il affirmait ainsi au lendemain de l’attaque terroriste dont a été victime le poste de sécurité de Banamba par des inconnus ayant soldé par la mort d’Hommes dans la ville.

Depuis lors, les citoyens assistent impuissants aux attaques terroristes avec ampleur différente.

Pour contrer la progression de ces hors la loi, le PM a pris la décision de créer des Brigades Gendarmerie et Postes de Sécurité partout où cela s’est avéré nécessaire. Une  stratégie qui commence à porter fruits avec la réduction des attaques ciblées dans les zones en insécurité.

Le Mali sert de cas d’école à ces pays voisins qui connaissent des attaques terroristes récurrentes. Pour les circonscrire, il faut connaitre le mode opératoire de ces hors la loi. «C’est dans ce cadre que l’idée de création des Brigades spécialisées et mobiles sont en cours d’étude », apprend-on d’une source spécialisée. Il en est de même pour la force conjointe du G5 Sahel dont le Commandant en chef est le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Si le Mali sert de cas d’école, l’honneur revient à son Chef de Gouvernement qui, aux lendemains de sa nomination à la Primature, a pris son bâton de pèlerin pour s’enquérir de la réalité du terrain au plan sécuritaire. La conclusion à sa démarche a donné naissance à l’installation de ces Brigades. Aujourd’hui, son initiative est devenue un cas d’école dans la Sous-région. Ce qui montre à suffisance l’efficacité du système sécuritaire malien en cours de réalisation dans notre pays. Les pays voisins emboitent le pas au nôtre. En dehors de ces cas internes, le Mali a donné le bel exemple avec le G5 Sahel sous la Présidence d’IBK en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux, notamment la recherche des fonds. La force conjointe doit sa crédibilité aux actions du N°1 malien qui a jeté ses bases en faisant d’elle une force de frappe.

Si les autres nous citent comme exemple, nous ne pouvons qu’exprimer notre satisfaction. Le Chef d’œuvre de ces actions d’envergure n’est autre le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.

Ambaba de Dissongo

Source : L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.