Soldats-Allemands-MINUSMA
Actualité Sécurité UNE

MINUSMA : L’effectif des soldats allemands passe de 1100 à 1400 soldats

Dans le cadre de son engagement dans la MINUSMA, l’Allemagne a revu à la hausse l’effectif de ses éléments, qui passe de 1100 à 1400 soldats.

Cette décision a été prise ce vendredi 20 mai 2022 par le parlement allemand, « avec une grande majorité de 541 voix pour et 103 voix contre ». Ainsi, l’effectif de soldats allemands déployés au service de la MINUSMA passe de 1100 à 1400 soldats.

Les raisons qui ont poussé la Ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, à défendre ce mandat devant les parlementaires allemands sont liées aux préoccupations de développement. « La MINUSMA soutient la population malienne : ceux qui veulent aller au marché et les enfants qui veulent aller à l’école », a-t-elle justifié.

Et Mme Annalena Baerbock de poursuivre : « Pour assurer la stabilité au Sahel, il faut plus que des militaires. Mais à l’inverse, aucun travail de la communauté internationale ne sera possible sans un minimum de sécurité ».

A LIRE AUSSI

Mali : Les FAMa ont encore frappé au cœur des terroristes

A en croire la chef de la diplomatie allemande, « sans ce minimum de sécurité, notre dialogue dans les communes et notre engagement dans les domaines de la santé, contre le changement climatique, ou pour la protection des droits de l’homme ne sera plus possible ».

Il faut rappeler que Bamako et Berlin ont frôlé le rubiconds. En effet, Berlin a été en courroux contre les militaires au pouvoir au Mali, à la suite du double coup d’Etat perpétré par colonel Assimi Goïta, en août 2020 et mai 2021, mais surtout que ces derniers n’ont pas pu organiser les élections février 2022.

En réplique, Bamako a refusé le 19 janvier 2022 « le survol de son territoire à un avion militaire allemand qui avait 75 soldats à bord » et qui « a alors dû faire demi-tour ». « Une grande irritation et un grand agacement ont bien sûr été provoqués par les récentes décisions du régime de transition, par lesquelles les troupes internationales, y compris la Bundeswehr, ont été entravées dans leur liberté de mouvement dans le cadre de la mission, par exemple par des droits de survol refusés », avait souligné Agnieszka Brugger, experte en matière de défense pour les Verts au Bundestag.

Cette décision des mandats de l’armée allemande relève du pouvoir du parlement. Après neuf ans au Mali, la mission se poursuit donc. D’ailleurs, Florian Hahn, porte-parole du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag pour la politique de défense, cité par DW, avait été clair : « Si nous ne soutenons plus que des pays qui sont des démocraties irréprochables, nous n’agissons pas dans notre propre intérêt en matière de politique de sécurité. Nos objectifs prioritaires sur place doivent être la lutte contre le terrorisme et la prévention d’une migration massive non contrôlée vers l’Europe ».

Cyril Roc DACK/Icimali.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.