Politique UNE

Présidentielles 2022 au Mali : la candidature d’Aliou B. Diallo à prendre au sérieux !

L’avion politique du Mali a déjà pris son envol alors même que la campagne pour la prochaine présidentielle n’a pas été officiellement déclarée ouverte. Parmi les futurs candidats, certains ont commencé à attacher les ceintures pour réussir non sans accroc leur atterrissage après avoir sillonné le pays d’Est en Ouest et du Nord au Sud à la rencontre des maliens pour les convaincre de l’opportunité selon laquelle l’heure du vrai changement a sonné. Aliou.B. Diallo serait-il l’homme incontournable pour redonner à tout un peuple l’espoir ?

Ce n’est un secret pour personne que le Mali aujourd’hui se débat dans les terribles conséquences de trente années de procrastination démocratique avec le sinistre tableau d’un pays qui peine à sortir de l’ornière. La dislocation du territoire national, l’effritement de l’autorité de l’état sous le poids de la corruption et de la délinquance financière des élites, l’absence d’un leadership politique transcendant, la transition malienne actuelle qui va droit au mur, l’incivisme et l’irresponsabilité des cadres, ont largement contribué à la dégringolade du Mali.

S’il y a une candidature qu’il faut prendre au sérieux, c’est bien celle d’Aliou. B. Diallo un homme qui n’est plus à présenter tant son expertise en matière de développement économique est parlante.

Des mouvements, associations et des partis politiques ont manifesté le désir de soutenir sa candidature pour des raisons évidentes de sa capacité à gouverner le Mali avec honneur et dignité.

Une bonne partie de l’opinion nationale et même internationale a eu à reconnaître maintes fois que le Président de l’ADP- MALIBAet non moins PDG de Wassoul Or est l’homme dont le peuple malien a besoin pour incarner le changement tant attendu. Les résultats obtenus par le bouillonnant opérateur économique lors des élections présidentielles de 2013 et de 2018 constituent la preuve éloquente de son emprise sur une bonne partie de l’électorat malien, tant à l’intérieur qu’à l’étranger.  Son amour incontesté et incontestable pour le Mali, a-t-on appris de diverses sources, a franchi toutes les frontières. Il a mis tout le monde d’accord là-dessus un nombre incalculable de fois à travers des actes qu’il a eu à poser.

De Wassoul Or en passant par PETROMA, une entreprise spécialisée dans la recherche du pétrole et du gaz dans le cercle de Kati dont il est le promoteur, l’homme politique en béton a tiré une grosse épine des pieds de la jeunesse en lui garantissant des emplois.

Clairvoyant, soucieux de l’avenir du Mali, bosseur incomparable et pétri de talents économiques exceptionnels, l’homme d’état malien dont le sens élevé de la justice et de la responsabilité est connu de tous les maliens, a occupé, parmi une pléthore de candidats, la 3ème place lors des scrutins présidentiels de 2013 et de 2018.

Le candidat Aliou. B. Traoré, loin d’avoir une baguette magique pour propulser le Mali dans le concert des nations développées, est détenteur de solides plans de sortie de crise pour son pays.

Il s’agit entre autres du retour définitif de la paix et de la sécurité dans notre pays, la réussite du combat contre la pandémie du coronavirus pour lesquels l’opérateur économique hors pair a une batterie de propositions.

Au plan économique, les données sont claires pour l’homme d’affaires Aliou. B. Diallo. Il faut remettre le pays au travail en sévissant contre l’absentéisme et les retards chroniques dans les bureaux, ateliers, usines et entreprises. La lutte contre la corruption, contre le pillage à outrance des ressources de l’état, contre les détournements de deniers publics sera menée à tous les niveaux sans complaisance aucune, condition sine qua non d’une augmentation conséquente des salaires.

Le Président d’honneur de l’ADP-MALIBA entend développer les infrastructures de base et l’énergie. Il se dit déterminé à gagner le pari du désenclavement intérieur et extérieur en construisant des routes dignes de ce nom. L’attirance des investisseurs étrangers au Mali et la promotion de l’agriculture en vue d’atteindre l’autosuffisance alimentaire fait partie de ses priorités.

Au plan social, la fondation Maliba, une création du philanthrope en or, s’est illustrée dans l’assistance aux nécessiteux, l’installation des forages et la distribution des kits scolaires.

Au plan politique, une urgence s’impose pour le richissime homme d’affaires. Il s’agit de réduire au maximum la taille des partis politiques et le train de vie de l’Etat. Combattre la fraude électorale sous toutes ses formes et avec la dernière rigueur constitue une de ses priorités.

Pour plus de transparence et d’efficacité, le candidat Aliou. B. Diallo opte pour l’émergence d’une Assemblée Nationale Newlook.

En effet bon nombre de maliens ont constaté depuis fort longtemps que les parlements successifs de notre pays ont montré leurs limites. Ceux qui adorent se faire appeler honorables n’ont fait que revêtir leurs costumes de députés affairistes, totalement soumis au pouvoir exécutif. Ils n’ont réussi qu’à faire étaler sur la place publique leur cupidité et leur penchant immodéré pour les intérêts personnels au détriment de ceux du peuple qui les ont mis en place et auquel ils sont tenus de rendre compte. Il est grand temps de voir émergée une nouvelle race de députés patriotes, honnêtes, désintéressés, compétents, consciencieux ayant toujours un regard critique et non complaisant sur l’action gouvernementale, travaillant exclusivement pour le peuple et non l’inverse.

Aliou B. Diallo fait partie de ceux qui pensent que l’école malienne a perdu son lustre d’antan. La performance et le sérieux qui la caractérisaient, ont laissé la place à la violence, à la médiocrité et à la morosité.

Jadis considérés comme de véritables havres de paix, les établissements scolaires maliens sont devenus des espaces de contestations et de véritables déserts à cause des arrêts de travail prolongés observés par tantôt les élèves et étudiants, tantôt les enseignants rendant ainsi dépeuplés les espaces scolaires.

Les campus universitaires sont devenus des champs de bataille rangée entre étudiants. Les armes redoutables y pullulent.

Oui, longtemps abonnés aux sorties intempestives et massives, les apprenants maliens sont crédités de nos jours d’un niveau intellectuel évoluant entre mal et nul.

S’il y a un problème qui coupe le sommeil au candidat Aliou. Boubacar Diallo, c’est bien celui de l’emploi. Aucune politique digne de ce nom n’a été mise en place pour résoudre l’épineuse équation. Les jeunes à tous les niveaux sont condamnés à vivre de subsides, à se prostituer, à mendier, à sombrer dans la délinquance, la criminalité, l’alcoolisme et la drogue parce que rien de concret n’a été entrepris pour les aider à construire leur avenir. Au pire des cas, ils choisissent d’arpenter les déserts et les mers au péril de leur vie pour aller en Europe à la recherche d’une vie meilleure. Les conséquences sont hélas dramatiques.

Pour relever autant de défis majeurs qui entravent le développement de Ba Maliba, l’homme qu’il faut comme Président de la République en 2022 est sans conteste Aliou.B. Diallo. C’est lui qui, avec les expertises économiques dont il est bardé, peut répondre aux aspirations profondes des maliens.

Si les hommes et les femmes du Mali lui accordent leurs suffrages, il parviendra à combler toutes leurs attentes.

Le sérieux, le savoir-faire, l’esprit patriotique et le sens des responsabilités qui le caractérisent seront déterminants dans cette aventure présidentielle pour enfin propulser le Mali dans la cour des grands.

Prosper Ky

Source : La Révélation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *