Argent-billets-CFA
Economie UNE

Quelle politique monétaire pour le Mali : L’API-PIA engage le débat

Sous les thèmes : ‘’Création du Franc malien, vision pour la mise en œuvre’’ ; ‘’Les obstacles’’ et ‘’Quelle politique monétaire pour le Mali ?’’, l’Association pour la Promotion des Idéaux des Pères Indépendances Africaines (API-PIA) a organisé une conférence débat le samedi, 20 août 2022 au Mémorial Modibo Keita.

Elle était animée par Daouda  Teketé, Gaoussou Diarrah, Modibo Mao Makalou, Dioné Diarra et Mohedine Deen Plea. L’ouverture des débats a enregistré la présence de Dioncounda Samabaly, président d’honneur, Mme Diakité Maimouna, présidente de l’API-PIA et plusieurs membres de l’Association. Il s’agissait pour les organisateurs de cette conférence de commémorer le 60 ème anniversaire de la création du FCFA.

Pour le président d’honneur, la situation que traverse le pays ‘’nous oblige à créer notre propre monnaie. Raison pour laquelle nous avons appelé l’éminent paneliste pour pencher sur le sujet. La création d’une monnaie, comme disait Modibo est gage de notre indépendance’.

Dans son allocution d’ouverture la présidente, Mme Diakité Maimouna, l’Association pour la promotion des idéaux des pères des indépendances africaines, a  que expliqué cette organisation vise à cultiver les idéaux de nos pères qui ont lutté pour que l’Afrique recouvre la liberté pour les nouvelles générations du vieux continent.  Cette association regroupe sept (7) pays dont le Mali, la Guinée Conakry, le Togo, le Ghana, le Niger, le Benin, le Maroc, la Tunisie et le Burkina Faso.

A LIRE AUSSI

Mali : Apurement intégral des impayés vis-à-vis des investisseurs et aux PTF

Quant à Cheick Oumar Sissoko,  »Avoir notre monnaie nationale est un impératif, parce que c’est un attribue de souveraineté ». Modibo Keita l’avait compris et avait placé la création de la monnaie comme troisième acte de souveraineté. Le lendemain des indépendances, explique M. Sissoko le Mali avait besoin d’infrastructures routières, d’écoles, d’hôpitaux, d’industries…, et pour réaliser ses grands projets, il fallait obligatoirement notre monnaie.

A ses dires, pendant les huit ans de Modibo, il n’a eu comme prêt au niveau de la société financière internationale 2 milliards de FCFA.   Plus de 40 entreprises réalisées, bref toutes les grandes réalisations ont été faites avec le Franc malien.  Pour lui, cela ne pouvait aller sans le rejet de la France.  »La monnaie est un attribut de souveraineté, le pays qui n’a pas monnaie n’est pas un pays souverain ». Par ailleurs, il croit que l’environnement est favorable à la création d’une nouvelle monnaie, vu la pression internationale.

Pour Dr Abdoulaye Amadou Sy   »Un État quelque soit sa taille, ne peut pas se développer avec la monnaie d’autrui.  Avec votre propre monnaie, vous pouvez décider quel type de politique monétaire économique et de quel genre de développement. Si vous utilisez une monnaie dont vous ne maîtrisez ni la création et la distribution, c’est comme si vous êtes dans une entreprise où vous êtes minoritaires, toutes les grandes décisions de la politique économique sont prises par quelqu’un d’autre ».

Brehima DIALLO

22 Septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.