Education

Suivi-évaluation syndical : Le SNEC renforce la capacité de ses leaders

Hier jeudi 05 Août 2021 a débuté à la Maison du partenariat à Bamako un atelier de formation de deux jours initié par le SNEC en partenariat avec la fondation Friedrich Ebert sur le renforcement des capacités de ses leaders en matière de suivi-évaluation.

Ce programme, entrepris par le SNEC et ses partenaires techniques et financiers, l’Internationale de l’Education et de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung démontre la maturité syndicale. Il s’agit en effet d’un programme de trois ans sur le renouveau syndical qui s’étale sur l’ensemble du territoire. On pouvait noter la présence de plusieurs cadres de l’enseignement et de syndicats notamment Moustapha Guitteye secrétaire général du SNEC, M. Christian Klatt représentant de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung,  M. Yacouba Katilé secrétaire général de l’UNTM, M. Mamadou Keita Directeur national de l’enseignement fondamental et des membres régionaux  du bureau SNEC qui ont répondu présent à cet atelier.

Crise scolaire : Le niet des enseignants !

Dans sa prise de parole, le secrétaire général du SNEC Moustapha Guitteye a rappelé que le renouveau syndical a eu à négocier pour un programme de 3 ans d’où le choix du SNEC. Selon lui, en Afrique, seulement 3 pays sont concernés par le renouveau syndical dont il s’agit de faire la synthèse du mouvement. « A Bamako, c’est pour former un vivier pour renforcer la question de la structuration du SNEC. La chose qui nous intéresse, c’est notre syndicat. » Précise-t-il. M. Guitteye a reconnu qu’il ya eu souvent des contradictions entre les syndicats qui sont dues aux manques de communication mais il rappelle qu’il faudra bâtir un syndicat fort pour pouvoir mieux travailler.

Christian Klatt, représentant de la fondation FRIEDRICH EBERT STIFTUNG a remercié l’UNTM qui fut le premier partenaire de la fondation au Mali et cela depuis des décennies. Il a par ailleurs souligné que l’acceptation de la candidature du SNEC pour cette activité était justifiée par son engagement et sa détermination. Il a manifesté sa joie de voir le SNEC et l’UNTM autour d’une même table pour l’élaboration des stratégies. Il se dit optimiste pour la suite des événements tout en remerciant tous les participants.

Quant au Directeur national de l’enseignement fondamental M Mamadou Keita, il a souligné qu’un syndicat doit être bâti sur des valeurs d’unité, de solidarité et d’action dont les missions sont soutenues par les cinq fonctions syndicales. en faisant allusion au SNEC, il a rappelé que celui-ci à toujours répondu présent lorsqu’il s’agit de défendre l’école malienne dans s généralité, témoins sa participation aux cours à distance et sa position de mise en place d’un comité de veille dans les établissements scolaires pour atténuer les effets de la pandémie de la COVID-19.

Par ailleurs, il estime que cet atelier d’un vivier de formateur en suivi-évaluation et qui regroupe toutes les régions du Mali est aussi une preuve palpante du dynamisme du SNEC. « Penser à une refondation est une remise en cause, une critique et une autocritique afin de discuter de tous les problèmes au niveau de la pyramide syndicale » clame-t-il. Il n’a pas manqué de remercier le camarade secrétaire général de l’UNTM et le représentant de la fondation pour leurs actions salvatrices au profit des travailleurs du Mali et du peuple malien tout entier.

Ahmadou Sékou Kanta

L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.