Sports UNE

Liverpool, la consécration

Les Reds ont triomphé en finale de la Ligue des champions aux dépens de Tottenham (2-0), ce samedi à Madrid. Finaliste malheureux en 2018 puis cruel vice-champion de Premier League cette saison malgré 97 points, le FC Liverpool tient enfin le trophée majeur qui vient couronner cette belle génération.

Deux ans que Liverpool régalait le football européen sans parvenir à soulever un trophée. Samedi soir tout a changé à Madrid. Les Reds se sont installés sur le toit de l’Europe en proposant l’une de leur pire prestation depuis longtemps dans le contenu. Rattrapé par l’enjeu et capitalisant sur des faits de jeu favorables en finale, c’est un Liverpool pragmatique qui a eu raison de Tottenham lors du dénouement de la Ligue des champions dans la capitale espagnole (2-0).

Vingt-quatre secondes ont suffi pour faire basculer ce match tant attendu. Bras tendu pour placer ses partenaires, Moussa Sissoko a concédé un penalty en contrant involontairement un centre de Sadio Mané. Mohamed Salah a trompé Hugo Lloris sans trembler, d’un penalty en force (1-0, 22e). Crispé, Liverpool s’est contenté de défendre face à un adversaire longtemps amorphe malgré la possession. Harry Kane, titulaire pour son retour de blessure, n’a pu aider les Spurs. C’est bien l’entrée de Lucas Moura qui a relancé Tottenham après une autre frayeur et cette frappe au ras du poteau de James Milner (69e).

La 6e C1 des Reds

Positionnés bas, les Reds ont bien tenu et tenté de contrer. Impérial en patron de la meilleure défense du championnat anglais, Virgil Van Dijk a écœuré les attaquants adverses. Alisson a aussi pris le relais avec trois parades en fin de match (80e à deux reprises et 85e). Héros de la demi-finale retour contre le Barça, Divock Origi a finalement plié la rencontre d’une frappe croisée au cœur du temps fort des Spurs (2-0, 87e).

Deuxième de Premier League malgré une saison record à 97 points, la formation de Jürgen Klopp ne pouvait pas terminer ce brillant exercice les mains vides. Pas un an après la désillusion face au Real Madrid en finale de cette même C1. Cette fois, les Reds 2019 la tiennent, cette sixième coupe aux grandes oreilles de l’histoire du club. Le premier trophée depuis 2012. Et si la finale n’a pas été grandiose, l’apothéose, pour Liverpool, n’en est que plus jouissive.

Football.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *