Société

Violences conjugales : la face cachée de la société malienne

Au Mali, les cas de violences conjugales sont très nombreux.  Les victimes se comptent parmi les femmes mais aussi du côté des hommes. 

Les violences conjugales sont une réalité au Mali. Elles rythment la vie quotidienne dans les foyers. Selon le site Wikipédia, la violence conjugale se définit comme la violence exercée par un des conjoints sur l’autre, au sein d’un couple, s’inscrivant dans un rapport de domination et se distinguant des disputes conjugales entre individus égaux. Les causes de la violence conjugale sont diverses. Elles découlent très souvent des faits rituels de la colère mais aussi de la jalousie. Surtout si l’homme décide de prendre une autre femme.

Ousmane Camara, assistant juridique et judiciaire à l’ONG «Les femmes battues», retient pour sa part le manque de communication entre les conjoints, la non application des textes de loi et surtout le manque de moyens financiers qui reste, selon lui, primordial. Les violences conjugales revêtent plusieurs formes. Elles peuvent être verbales, économiques mais surtout physiques.

Ce dernier cas, selon Mamadou Sylla, juge au tribunal de la commune II du District de Bamako, reste la forme la plus répandue dans notre société. Même s’il reconnaît que les violences conjugales sont rarement inscrites au rôle des tribunaux contrairement au divorce. Pourtant, poursuit-il, la violence verbale, comme les injures graves, est punie par l’article 352 du Code pénal de la famille(CPF).

44% des femmes ont subi des violences physiques, sexuelles ou émotionnelles de la part de leur mari

Au Mali,l’enquête démographique et de santé, réalisée en 2012-2013, a montré que parmi les femmes qui ont déjà été en union, 44% ont subi des violences physiques, sexuelles ou émotionnelles de la part de leur mari actuel ou le plus récent. Un quart des femmes, selon la même source, ont été physiquement blessées à la suite de violences conjugales dans les douze derniers mois.

L’Organisation non gouvernementale «Les femmes battues» enregistre pour sa part sept à huit cas de violences conjugales par semaine. C’est pourquoi, elle travaille à la sensibilisation des femmes et des hommes  victimes de violences conjugales.

Les hommes en sont aussi victimes

Les femmes ne sont pas les seules victimes des violences conjugales, il y a aussi des hommes. Si aucune statistique officielle ne parle de la violence subie par les hommes, il n’en demeure pas moins qu’ils en sont également victimes. «Nous avons l’habitude de recevoir des hommes victimes de violences conjugales mais c’est très rare. Nous recevons par an deux à trois hommes qui viennent comme victimes de violences conjugales», a déclaré l’assistant juridique et judiciaire de l’ONG «Les femmes battues».

Le magistrat Mamadou Sylla affirme avoir jugé une affaire à Ségou où le mari était tabassé par sa femme. «C’est généralement dans les familles polygames que les hommes sont victimes de violences conjugales», a-t-il précisé. Car il n’est pas rare de voir dans ces familles la femme verser de l’eau ou l’huile ébouillantée sur son mari par excès de jalousie.

Malgré cette triste réalité, peu d’hommes avouent être victimes de violences conjugales. Celas’explique, selon Ousmane Camara, par la fierté des hommes qui refuse d’aller vers une structure de femme pour exposer leur problème. Le même constat est fait par la police qui n’enregistre que peu de cas dans l’année.

De nombreuses associations féminines militent aujourd’hui contre les violences conjugales sans pour l’instant arriver à enrayer le phénomène.

Fatim B. TOUNKARA

Source : Le Wagadu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *