Economie Société

BANQUES : La BNDA incapable de servir la carte GIM à ses clients

Le slogan « La banque à votre service » de la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA) semble devenir « la banque prête à vous  desservir». Depuis quelques jours, beaucoup de clients de l’institution financière dénoncent son amateurisme, le manque criard de personnel et son incapacité à servir à temps la clientèle.

L’affaire fait bruit depuis quelques mois. Elle a été confirmée par l’un de ses nouveaux clients qui n’a cessé de décolérer. C’était samedi dernier devant l’agence BNDA de Faladiè. Ils étaient au moins une cinquantaine de clients en file indienne devant cette structure, attendant l’arrivée du personnel.

Parmi eux, un jeune homme, très remarquable par son comportement hors normes. Des injures, on dirait qu’il est frontalement en guéguerre avec quelqu’un. Et pourtant, personne en sa face.

La curiosité oblige, nous l’avons approché pour comprendre mieux. Le jeune raconte ceci : « Dès mon entrée en service, j’ai ouvert un compte à la Banque Of Africa. En dix jours, j’ai obtenu ma carte GIM. Mais, pour raison de proximité par rapport à mon lieu de travail, j’ai été conseillé d’ouvrir un autre compte  à la BNDA. Ce qui j’ai fait depuis trois mois. Malheureusement, la carte GIM, motif même de ce nouveau compte, ne m’ai jamais délivrée. Pareil pour d’autres clients qui sont mes devanciers ».

Cette situation est la preuve de l’amateurisme de la BNDA et sa direction. C’est inquiétant pour une telle institution financière en panne de performance dans les prestations de service. Les files d’attente interminables qui se constatent dans les différents points de services de la BNDA montrent à suffisance son incapacité à doter sa clientèle de cartes GIM, un outil incontournable en cette période modrne, de technologie avancée, pour le gain du temps.

Par ailleurs, notre jeune  enfonce le clou : « Il faut des heures pour être servi lors des opérations. La filiale souffre d’un manque criard de personnel. Ici, à BNDA Faladiè, il n’y a qu’un seul guichet sur les trois qui fonctionne. Parfois, le service est lent ou c’est le personnel qui s’offre au service par affinité. Vous êtes là avant certains qui sortent de nulle part, mais ils sont servis avant vous. C’est déplorable pour une banque qui concurrence les autres».

En 2017, l’institution bancaire a opté pour la mutation, injectant de nouveaux produits. Contre toute attente, pas de changement notable. Par esprit capitaliste ? Probablement oui, à la grande défaveur de la clientèle.

DACK/icimali.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.