Dr Youssouf Diawara- président
Politique UNE

Élargissement du CNT : Le parti Yelema décline l’offre

Le parti Yelema n’est pas partant pour l’élargissement du Conseil National de Transition (CNT). La déclinaison de cette offre s’explique par « l’incidence de cet élargissement sur l’économie tant affectée par l’impact des sanctions économiques et financières subies, mais aussi par une précarité sans précédent des plus démunis de notre pays ».

Le parti l’a fait savoir dans son communiqué N°013/07-2022 relatif au décret N°2022/ 0427 PT/ PRM DU 21 juillet 2022 fixant la clé de répartition et de désignation des membres additifs du CNT et signé de son président Dr Youssouf Diawara, le lundi 25 juillet dernier.

En effet, ledit Décret invite les entités indiquées : classe politique, société civile, associations religieuses, etc. à fournir le double de leur quota auprès du secrétaire général de la présidence dans un délai de 7 jours ouvrables, à compter de la date de publication dudit décret. Mais, cette offre est rejetée par le parti de l’ancien Premier ministre Moussa Mara.

Le parti YELEMA déplore cette procédure en laquelle il ne se retrouve pas et « rappelle avoir alerté les autorités de la transition depuis l’adoption de la nouvelle charte de la transition, qu’un élargissement du Conseil National de Transition n’est ni opportun, ni nécessaire et surtout s’il ne s’accompagnait pas d’une diminution des rémunérations des membres de cet organe ».

A LIRE AUSSI

Transition : Moctar Ousmane Sy appelle la jeunesse à éviter les pièges de l’instrumentalisation

Cela d’autant plus que le pays traverse des moments difficiles, qui « nécessitent la mobilisation de l’ensemble » de ses ressources financières sur les défis prioritaires auxquels le pays fait face et « où la réduction du train de vie de l’État devrait être le maître mot ».

Dr Youssouf Diawara a précisé que le parti continuera d’alerter les autorités de la transition ainsi que la population malienne sur l’incidence de cet élargissement sur l’économie tant affectée par l’impact des sanctions économiques et financières subies, mais aussi par une précarité sans précédent des plus démunis.

Certes, le parti « réaffirme son soutien désintéressé à la transition dans la vérité et la transparence, seules gages d’une transition réussie » et « formule ses vœux de réussite au CNT dans sa nouvelle configuration, pour le bonheur du peuple malien ». Mais, il estime qu’il peut « aider la transition sans siéger dans cet organe. Par conséquent, il décline cette offre des autorités de la Transition ».

DCA

Le Soft

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.