La diplomatie togolaise est une diplomatie de l’action dira le ministre Dussey lors de la rentrée diplomatique 2022-2023
SANS DÉTOUR UNE

« La diplomatie togolaise est une diplomatie de l’action », dixit le ministre Dussey lors de la rentrée diplomatique 2022-2023

La rentrée diplomatique est l’occasion annuelle pour le gouvernement togolais de rappeler les grandes lignes de l’action publique extérieure du Togo qui joue sa partition et apporte, à la mesure ses capacités, sa contribution au service des efforts visant à améliorer l’état du monde ou le bâtir en mieux, pour la prospérité de chacun des États et de l’ensemble de la société internationale, confrontée à des mutations inédites et à des défis aussi inquiétants que pressants.

Cette rentrée diplomatique du vendredi 2 Septembre 2022 a réuni les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques et consulaires, les Représentants des Organisations internationales accréditées au Togo, Abdisaid Muse Ali, ancien Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la Somalie, non moins l’orateur principal de la conférence et des invités dont ceux du monde universitaire.

Selon le ministre des Affaires étrangères, Pr Robert Dussey, il y a urgence d’agir face à la nécessité pressante et la diplomatie togolaise, suivant la vision et l’orientation du Président Faure Gnassingbé, est une diplomatie de l’action. « Plus que management des rapports entre Etats, la diplomatie est prise en main et gestion des grands sujets de nos sous-régions, espaces interrégionaux, continents et de la société internationale. Les sujets de préoccupation commune sont très nombreux aujourd’hui au point que la diplomatie ne peut se contenter du service minimum », a déclaré Pr Dussey.

Le Chef de la diplomatie togolaise estime que, dans l’environnement international actuel caractérisé par la prégnance des cadres régionaux et transnationaux de coopération, les Etats, qui demeurent malgré les avancées de la diplomatie multilatérale, des acteurs non négligeables, doivent garder et amplifier leur sens individuel de l’initiative qui, en cas d’enlisement ou de paralysie, permet aux organisations régionales et internationales de remettre l’ouvrage sur le métier et de renouer avec leurs visées fondatrices.

Et le ministre Dussey de justifier : « C’est pourquoi la diplomatie togolaise est une diplomatie pragmatique de neutralité et de non-alignement pour mieux servir les causes de la paix, de la sécurité collective, de l’intégration régionale et africaine, et du développement humain. La posture d’équidistance en diplomatie permet en effet de parler à tout le monde dans la gestion des affaires internationales et régionales dans un monde n’ayant plus de centre de gravité, mais où les relations de dépendance commune et d’interdépendance nous condamnent à travailler ensemble ».

Au cours de l’année diplomatique qui commence 2022-2023, le Togo « va continuer, sur le plan multilatéral, d’œuvrer, avec les autres Etats africains et l’Union africaine, au renforcement de la capacité de l’Afrique à s’affirmer et à assumer en toute responsabilité ses positions sur la scène internationale ». D’autant plus que le continent africain a besoin de « parler d’une seule et même voix et pour elle-même sur la scène internationale ».

A LIRE AUSSI

Réaction du Président Faure après la libération de 3 des 49 soldats ivoiriens interpellés à Bamako

Outre ce volet, le ministre des Affaires étrangères a fait savoir aux diplomates que le Togo continuera et renforcera au cours de l’année le travail de diversification de ses partenariats et subséquemment l’exploration de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives économiques. « Le monde même s’est diversifié sous nos yeux et nous n’avons le choix que de nous adapter à la réalité du monde pour explorer toutes les possibilités et les chances qu’il nous offre », a-t-il martelé.

Parlant de la diaspora africaine et des afro-descendants, précisément celle de leur implication dans le processus de développement à l’échelle continentale, le ministre Dussey estime que cette question reste l’une des grandes lignes de la politique étrangère du Togo, qui continuera d’œuvrer, avec les autres Etats et l’Union africaine, à la mise en œuvre de l’Agenda de la « Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine » lancé en 2021.

Quid de la Paix et la sécurité ?

Aux dires du Chef de la diplomatie togolaise, la paix et la stabilité demeurent des axes prioritaires de la diplomatie togolaise et vont davantage mobiliser le monde diplomatique tout au long de cette nouvelle année diplomatique à travers des efforts collectifs de lutte contre le terrorisme, des initiatives de bons offices et de médiation. « Nos Etats et notre région ont besoin de la stabilité dans le contexte actuel d’expansion des actions de déstabilisation des groupes armés terroristes », a-t-il explicité.

Le zoom sur la sécurité et la paix l’année passée comme cette année dans le cadre de la rentrée diplomatique est dû, à en croire le ministre Dussey, au fait que continent est, sur le plan sécuritaire, à la croisée des chemins, que l’on soit au Sahel, dans le Bassin du lac Tchad, en Afrique de l’Ouest, dans la région du golfe de Guinée ou dans la région de la Corne de l’Afrique. « Malgré les efforts, les initiatives et les stratégies endogènes comme étrangères, le processus dangereux de dissémination du mal continue », a-t-il regretté. Avant de poursuivre : « Ce processus périlleux ne peut laisser indifférent. L’entreprise de déstabilisation des groupes armés terroristes traduit manifestement une tentative de remise en cause de l’élan de pacification durable de notre continent et l’Afrique doit résister à ce mouvement de dynamitage de nos acquis en termes de stabilité. »

Cette conférence a été une occasion de débats et permis d’échanger en toute lucidité sur les Défis sécuritaires et les stratégies de stabilisation des régions d’Afrique confrontées au terrorisme et à l’extrémisme violent.

Cyril Rock DACK/Icimali.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.