Attaque terroriste contre un véhicule- village-Songho- Bandiagara
Actualité UNE

L’horreur de Bandiagara : Les autorités sommées de placer la protection des civiles au premier rang de leurs priorités

Comme l’aurait dit l’autre, « le vent de l’horreur a encore soufflé dans la région de Bandiagara ». Une trentaine de personnes ont été calcinées à l’intérieur d’un car transportant des forains entre Songho et Bandiagara, le vendredi 03 décembre 2021, par des terroristes. Quelques heures après, les réactions des acteurs politiques somment les autorités de placer la protection des civiles au premier rang de leurs priorités

Dans un communiqué, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) dénonce une attaque lâche et barbare contre les civils. « Le Rassemblement pour le Mali (RPM) tout en condamnant cet acte ignoble, s’incline devant la mémoire de ces innocents qui n’ont rien fait pour mériter un tel acte pendant qu’ils se rendaient paisiblement chez eux. Le RPM souhaite prompt rétablissement aux blessés. Le Rassemblement pour le Mali (RPM) présente ses condoléances à la nation malienne, aux populations de la région de Bandiagara et aux familles des victimes auxquelles il exprime sa totale solidarité et sa compassion. Dans cette épreuve particulièrement douloureuse pour notre nation, le Rassemblement pour le Mali (RPM) exhorte les autorités de la transition à tout mettre en œuvre pour la sécurisation des personnes et de leurs biens et appelle l’ensemble du peuple malien à la mobilisation et à l’union sacrée autour des FAMAs », a signé le Président du parti, Dr Bokary Treta.

« Consternation et indignation », exprime le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (Adéma-PASJ). Qui condamne avec « fermeté cette attaque barbare contre de paisibles citoyens et salue la promptitude avec laquelle les secours médicaux et militaires ont été déployés ».

A LIRE AUSSI

Mise au point de Me Mountaga Talla sur certaines déclarations de Mahmoud Dicko

Par ailleurs, l’Adéma-PASJ dit suivre avec « une grande inquiétude le blocus imposé par des terroristes à certains villages du centre du pays, particulièrement les villages des cercles de Bandiagara, Bankass et Niono, depuis des mois ». « L’Adema-PASJ, tout en manifestant sa compassion et sa solidarité aux communautés meurtries du centre et du nord, invite les autorités de la transition à prendre les mesures nécessaires pour libérer tous les villages assiégés par des terroristes sans foi ni loi et veiller à la sécurisation de l’ensemble du territoire national. L’Adema-PASJ réitère son soutien et ses encouragements aux vaillants soldats de nos forces armées et de sécurité, ainsi qu’à toutes les forces partenaires déployées sur le théâtre des opérations », fait savoir le président du comité Exécutif de, l’ADEMA-PASJ, Pr. Marimantia Diarra.

Sur la même longueur d’onde, le PARENA « condamne énergiquement ce massacre épouvantable et invite les autorités à rechercher, par tous les moyens, les barbares et leurs complices qui ont commis ce crime monstrueux, pour les traduire en justice ». Avant de présenter ses condoléances aux familles éplorées. « Le PARENA est profondément inquiet de l’extension continue de l’insécurité sur tout le territoire. Il invite les autorités militaires et civiles de la transition à se concentrer sur l’essentiel c’est à dire les défis et les dangers qui menacent l’existence du Mali, à rassembler le pays tout entier autour de ses priorités brûlantes », a martelé Tièbilé Dramė

Le président d’honneur du parti Yelema (Changement), Moussa Mara, « profondément choqué par cette « attaque lâche et barbare », présente ses sincères condoléances aux familles durement éplorées et à l’ensemble de la Nation, et prie pour le repos des âmes arrachées à notre affection. « Je condamne avec la dernière vigueur le terrorisme et toutes les atteintes aux droits des populations. Je demande à nos autorités de placer la protection des civiles au premier rang de leurs priorités sécuritaires », a insisté l’ancien Premier ministre Mara.

Depuis Ouagadougou où il séjourne dans le cadre des préparatifs du congrès du parti CODEM, Housseini Amion Guindo se dit attristé par « ce crime odieux contre des populations civiles innocentes » qui « fait à nouveau reculer les espoirs de stabilité et de sécurité ».

« Mais ne rompons pas !, prêche le président de la CODEM. Entièrement solidaire avec toutes les victimes du terrorisme, je présente mes condoléances à leurs proches, au peuple malien et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Face à cet acte inhumain et barbare, j’en appelle à l’union sacrée de toutes les filles et fils du Mali pour traverser ensemble ces moments difficiles. Mes pensées vont également aux trop nombreuses victimes civiles et militaires de la barbarie et de la lâcheté terroriste dans toute la sous-région. Je reste convaincu que la similitude de cette menace transfrontalière exige une synergie d’action entre nos différents peuples et gouvernements ».

Le MAP- AN KA BEN exige des enquêtes

Tout comme les autres acteurs ou regroupements politiques, le Mouvement d’Action Patriotique An Ka Ben présente ses condoléances les plus émues aux familles endeuillées et au peuple malien. « Le MAP An Ka Ben condamne avec la dernière énergie cette attaque lâche et inhumaine sur des civils dont des femmes et des enfants, invite les plus hautes autorités du Mali à prendre toutes les dispositions nécessaires pour sécuriser les personnes et leurs biens et demande à ce qu’une enquête soit diligentée afin que les auteurs, co-auteurs, et complices de cette barbarie inhumaine soient traqués et punis conformément aux lois de la République », réagit Moussa Timbiné, non moins ancien Président de l’Assemblée Nationale. Il demande aux partenaires du Mali à renforcer leur soutien à notre pays dans la lutte contre l’insécurité.

Issa TANGARA/Icimali.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.