Sécurité UNE

Lutte contre le terrorisme : Changer de stratégie ou périr !

Des villages sous embargo des groupes armés, des attaques contre les forces armées nationale et internationale se poursuivent… Dans le nord et au centre du pays, l’hydre terroriste n’est pas mort.

Au Sahel, la lutte contre le terrorisme engagée par la Communauté internationale, la France et les forces armées des pays du G5 Sahel est loin de parvenir au bout des terroristes qui continuent de perpétrer des attaques contre des positions des armées malienne et onusienne. N’est-il pas temps de changer de stratégie de lutte ? Que faut-il faire pour gagner cette guerre en sauvant des vies ?

Engagé dans la lutte, d’abord, contre des mouvements indépendantistes en 2012, puis contre des groupes armés terroristes affiliés à Al Qaida au Sahel, le Mali, au chevet duquel la Minusma, la force Barkhane, le G5 Sahel sont venus au secours, se bat il y a neuf ans pour l’intégrité de son territoire, la sécurité des populations et de leurs biens.

Il y a moins d’une semaine, dans le nord et au centre du pays, les attaques terroristes perpétrées contre des positions des FAMA et de la MINUSMA rallongent la liste des attaques et augmentent les inquiétudes  des populations, fatiguées de voir la fin des hostilités.

Mali : Communiqué du conseil supérieur de la défense nationale

On se rappelle, lamentablement, que le 2 avril, un détachement des FAMA à  Diafarabé résistait à une attaque d’envergure des hommes armés. Lors de cette attaque, les assaillants n’ont pas pu prendre le contrôle des positions des militaires et sont repartis sur la pointe des pieds, a-t-on appris de source sécuritaire.

Pour saluer la bravoure des militaires sur place, le Commandant du théâtre des Opérations Centre, le colonel Makan Alassane Diarra et le Commandant du Secteur 5, le colonel Didier Dembélé se sont rendus le samedi 3 avril aux côtés de leurs hommes.

En date du 4 avril, un communiqué du chef d’état-major des armées a informé que des renseignements avaient signalé la présence terroriste dans le secteur de Mafunè à une dizaine de kilomètres de Mandiakui dans la région de Ségou.  Le même communiqué précise qu’une unité Fama a été engagée en reconnaissance offensive. « Au cours de sa progression, l’unité a été accrochée à environ 10 km de Mafunè. Après d’intenses combats, 6 terroristes ont été tués et du matériel récupéré. Nous déplorons trois blessés dont 1 grave », a ajouté le communiqué.

Au Nord, à Aguelhok, une attaque complexe des terroristes a visé le camp de la MINUSMA, le vendredi 2 avril, faisant 4 casques bleus tués.  Après des ratissages effectués dans les environs de Aguelhok, dimanche et lundi derniers, les casques bleus de nationalité tchadienne ont découvert de nouveaux corps de jihadistes, au total 41 corps d’assaillants morts.

Hier mardi 6 avril, les FAMa ont réagi vigoureusement à une attaque terroriste à Konnan. Selon des sources sécuritaires, cette riposte au poste de Konnan a donné un bilan provisoire d’un mort et 04 blessés légers côté FAMa. Et du côté ennemi 12 corps ont été récupérés, 03 PKM 02 LRAC 05 PM et 02 postes Radio ont été saisis.

Face à la persistance des attaques terroristes sans que les armées engagées contre lui ne parviennent à l’anéantir, empêchant les populations locales à vaguer à leurs occupations, les tuant quelque fois, n’est-il pas temps de revoir les copies ? En tant que chef de file des troupes au front, la France à la barre.

O.M

Le SOFT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.