Faits divers Société

Lutte contre le terrorisme : La Brigade du VIe Arrondissement déniche Abdoulaye Traoré

Dans la nuit du 6 au 7 novembre 2018, les éléments de la Brigade de recherches et d’intervention du Commissariat du VIe  Arrondissement ont procédé à l’arrestation d’Abdoulaye Traoré en possession de 700 munitions, 3 chargeurs PM, une grenade et un registre d’enrôlement de combattants dans un bar à Doumanzana.

 Déterminés à assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue de sa juridiction, l’équipe de patrouille de la Brigade du VIe a mis le grappin sur un présumé jihadiste répondant au nom d’Abdoulaye Traoré, âgé de 55, originaire de Niafounké, aux environs des 19 heures pendant qu’il était totalement sous l’effet de l’alcool dans un Bar appelé Pathfinder, sis à Djélibougou Doumanzana, en Commune I du District de Bamako.

Il faut rappeler qu’Abdoulaye Traoré est un des rescapés du bombardement effectué en 2013 par Serval, force française d’intervention au Mali, où il tomba entre les mains de l’Armée malienne et conduit au camp I de Bamako. Le terroriste passa plus d’un an en détention, il fut libéré lors d’un échange de prisonniers entre l’Armée malienne et le MNLA et escorté jusqu’à Niafounké par le Comité International de la Croix Rouge (CICR).

Pris la main dans le sac de nouveau, Abdoulaye Traoré passe aux aveux et se réclame comme étant un combattant du Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) dont il est coordinateur dans la zone de Niafounké.

Selon la police, il était en possession de d’un sac plein de balles dont le nombre atteint 700 unités, une grenade offensive, 3 trois chargeurs de pistolet mitraillette (PM) et un registre de recrutement de combattants dont il avoue être ceux du DDR.

A la question de savoir d’où il tient cet important matériel de guerre, le présumé terroriste donne le nom d’un certain Fassirima (pas plus). C’est pour l’intégration des enfants de ce dernier au programme de Démobilisation Désarmement et Réinsertion (DDR) en cours.

Interrogé par la police à propos du registre d’enrôlement contenant des noms et des photos d’une cinquantaine de personnes, hommes et femmes inclus, et leurs coordonnées, A. Traoré se passe pour  un Recruteur de combattants du programme de DDR.

Pour justifier sa possession de toutes ces armes, l’intéressé  dit qu’il faut être en possession d’au moins de 250 munitions ou de deux grenades ou encore d’une arme de guerre, selon les critères de recrutement au programme DDR.

Si tel était le cas, pourquoi Abdoulaye Traoré aurait-il tenté de s’échapper des mains des policiers pendant qu’ils procédaient à son interpellation ?

Pour l’instant, Abdoulaye Traoré, présumé terroriste, est entre les mains des éléments de Tapa Diallo, Commissaire principal du VIe Arrondissement avant d’être bientôt remis au pole spécialisé.

Affaire à suivre !

Mahamadou Sarré, Stagiaire

Source: L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *