Actualité UNE

Mme Keita Aminata Maïga, première dame du Mali : « Une génération sans Sida est possible au Mali »

A l’occasion de la célébration du lancement de la première semaine du mois de campagne de lutte contre le sida, dont la 30è journée est célébrée ce samedi 1er décembre 2018 sous le thème :« Connaître son statut sérologique du VIH, Un Droit et un Devoir » et comme slogan « Connais ton Statut VIH, pour une meilleure santé », l’Epouse du Chef de l’Etat malien, Mme Keita Aminata Maïga, rassure: « Une génération sans Sida est possible au Mali».

DISCOURS DE MADAME KEÏTA AMINATA MAÏGA EPOUSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Mesdames et Messieurs,
Chers Frères et Sœurs
Très Chers Enfants

Nous le savons. La date du 1er décembre consacre la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida.

Le thème de cette année est « Connaître son statut sérologique du VIH, Un Droit et un Devoir » et comme slogan « Connais ton Statut VIH, pour une meilleure santé »

Ce thème s’inscrit dans le cadre stratégique de l’accélération du dépistage afin de faciliter la mise rapide sous traitement antirétroviral et rompre la chaîne de transmission en vue de tendre vers l’élimination de la maladie en 2030 conformément aux Objectifs de Développement Durable et met l’accent sur la levée des barrières à l’accès aux services de dépistage et traitement pour les jeunes notamment les populations clés.

Dans la même mouvance, l’Union Africaine et l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour la lutte contre le VIH et le SIDA dont le Mali est Membre ont lancé le 29 janvier 2018 à Addis Abeba la Campagne dénommée « Naître Libre Pour Briller ».

Cette Campagne est une opportunité nous permettant de renforcer l’observance au traitement des femmes enceintes et allaitantes.

Une campagne Nationale de sensibilisation sera organisée en collaboration avec le Ministère de la Santé et le Ministère de la Communication. L’accent sera mis sur le soutien des hommes pour améliorer le suivi des femmes.

Mesdames et Messieurs ;
Comme vous le savez, j’ai toujours attaché une grande importance à la dimension humaine, dans les initiatives prises pour le bien-être des populations.

Le Sida a malheureusement pour principal méfait de dénaturer le tissu social de nos communautés, en augmentant les dépenses des ménages et en réduisant les capacités d’autonomisation des femmes.

Plusieurs foyers ont payé́ le prix de cette pandémie surtout chez les personnes les plus démunies avec comme principales victimes les femmes et les enfants.

C’est pourquoi, j’ai décidé́ depuis fort longtemps de m’engager résolument dans ce noble combat contre la maladie, et plus précisément, le Sida qui affecte la mère et l’enfant.

Chères Sœurs, Chers Parents,
Tout le monde a droit à avoir un enfant. Toutes les femmes ont ce droit de voir leur enfant grandir en pleine santé. Ce droit, rien ni personne ne devrait l’entraver. Mais nous avons le devoir, Chères Sœurs, Chers Parents de permettre à nos enfants de grandir en bonne santé.

L’atteinte de cet objectif, nécessite des actions plus concertées, et systématiques afin que les femmes et les enfants continuent de façon durable, à recevoir des soins et un traitement contre le VIH, jusqu’à ce que le risque de transmission de la maladie à l’enfant soit éliminé.

C’est pourquoi à l’occasion du Mois de lutte contre le VIH et le sida dont je suis marraine de la première semaine thématique, je voudrais exhorter les femmes et les hommes du Mali à adhérer à l’objectif relatif à l’Elimination de la Transmission Mère Enfant au Mali.

Mesdames et Messieurs ;
Au regard de la prévalence qui est de 1.1 au Mali et de l’existence de poches de stigmatisation et de discrimination, la solidarité́ et l’innovation doivent guider nos démarches pour nous permettre d’atteindre un taux de prévalence à 0%, comme le recommande les objectifs de développement durable -–ODD parce que je reste persuadée et convaincue que notre pays le Mali peut être l’un des premiers pays de l’Afrique de l’Ouest à éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant.
Oui, une génération sans Sida est possible au Mali, et nous ne devons ménager aucun effort pour progresser vers cet objectif.

En même temps, le Mali dispose d’un plan d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant pour la période 2015-2019 dont l’objectif principal de réduire à moins de 4 % le taux de transmission verticale du VIH et de moitié les décès maternels et infantiles liés au VIH d’ici 2019.

Mes chères sœurs,
Dès l’annonce de votre grossesse et même avant, fréquentez les centres de santé ; faites le test de dépistage. Plus vite votre situation sérologique est connue, plus vite, en cas d’infection avérée, il sera possible de vous prodiguer les soins nécessaires et éviter à votre enfant de naître avec le VIH.

Mes chers compatriotes ;
La lutte contre le sida a toujours été porteuse de valeurs fortes au premier rang desquelles la solidarité. Solidarité avec les personnes qui vivent avec le virus, solidarité avec les personnes vulnérables, solidarité avec nos amis.

J’en appelle à la mobilisation de tous, à l’engagement de chacun, et à la mise en œuvre à grande échelle de campagnes de promotion du traitement pédiatrique, et de mise à disposition des antirétroviraux au plus grand nombre. C’est à cette seule condition que chaque enfant qui naitra sans VIH, restera séronégatif et aura de meilleures chances de grandir et s’épanouir.

Nous restons confiants quant aux résultats de ces efforts pour nous permettre d’inverser de façon durable les tendances actuelles afin de déclarer à l’horizon 2030, l’élimination de la transmission Mère-enfants du VIH, au Mali. Ceci est possible et à notre portée »

Assurer le dépistage et le traitement des jeunes, c’est assurer une santé de fer à notre développement économique. Garantir le droit de notre jeunesse à la pleine santé, c’est s’assurer du plein devoir des jeunes à porter le Mali d’aujourd’hui et de demain.

Je ne saurais terminer sans renouveler les remerciements aux partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement et solliciter leur engagement à soutenir davantage les efforts du Mali dans la lutte contre le sida,

Je formule le vœu de voir le Mali devenir un havre de paix et de bonheur pour les femmes et les enfants.

J’ai foi en notre capacité à vivre dans un Mali sans le VIH et le sida. J’ai foi en la lutte que nous menons aujourd’hui et j’ai surtout foi en la mobilisation des femmes pour l’avenir de leurs enfants.
Je voudrais donc encourager toutes mes sœurs à poursuivre leurs efforts et à intensifier leurs actions.

Je reste convaincue que c’est à ce prix que nous arriverons à bout de la pandémie.

Vive un Mali sans nouvelle infection au VIH !

Je vous remercie !

Dieu bénisse le Mali !

DACK: Icimali.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.