Femmes -maliennes-contre-sanctions-cedeao
Actualité UNE

Mobilisation contre la CEDEAO : Pas sans les femmes

Elles sont prêtes à répondre nombreuses à l’appel patriotique, lancé par les autorités de la transition, pour une grande mobilisation contre les sanctions imposées à notre pays par l’organisation sous-régionale

Le dimanche dernier, à la surprise générale des Maliens dans leur grande majorité, les Chefs d’États de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont mis sous embargo le Mali, en lui imposant des sanctions de nature à asphyxier le peuple. Face à cette attitude inhumaine de cette organisation dont notre est membre fondateur, les organisations de la société civile, dans leurs diversités, ont prévu une grande mobilisation patriotique, demain vendredi 14 juillet. Une date qui n’a, sûrement, pas été choisie au hasard parce que consacrant la fête anniversaire de la France.

Les femmes du Mali ne comptent pas rester en marge de cette mobilisation patriotique. Pour mieux préparer ce rendez-vous historique, le ministère en charge de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a organisé hier une réunion préparatoire. C’était dans la grande salle des réunions dudit département, qui a refusé du monde. Pour cause, les femmes sont venues très nombreuses. Parce qu’il s’agit de sauver le Mali, notre patrie commune.  Ce pays, malgré la situation sécuritaire très alarmante qu’il traverse,  par le fait d’une guerre qui lui a été imposée par des hommes sans foi, ni loi, les Chefs d’États de la CEDEAO, n’ont pas pensé à lui exprimer leur solidarité, conformément à l’esprit fondateur de l’organisation.

A LIRE AUSSI

Sanctions de la CEDEAO et l’UEMOA : Le Mali, seul contre tous  

D’entrée de jeu, la Directrice de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, a souhaité la bienvenue à ces braves dames engagées et plus que déterminées à défendre la patrie. Elle a aussi exprimé son satisfecit pour cette grande mobilisation.

A sa suite, Me Kadidia Sangaré, membre du CNT, a salué cette grande détermination et disponibilité des femmes à soutenir les autorités de la transition dans cet élan de redressement de l’État malien. Selon elle, défendre la patrie, c’est se défendre soi-même. « La CEDEAO, au-lieu d’être une organisation de solidarité et d’entre-aide, capable de défendre les intérêts de son peuple, se révèle comme étant une ennemie, avec pour ambition d’étouffer, un peuple innocent » a déclaré Me Kadidia Sangaré. Avant de lancer à ces Chefs d’États que le Mali est un pays béni. Et que pour cela que Dieu ne laissera pas tomber et qu’il ne sera jamais la risée de ses ennemis.

Pour Mme le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Wadidié Founè Coulibaly, l’heure est au resserrement des rangs et à l’union pour sauver notre pays, le Mali. Les autorités de la transition, avec à leur tête, le Président Assimi Goita, comptent beaucoup sur une participation particulière des femmes et des jeunes. C’est pourquoi, selon elle, les femmes doivent être en grand nombre le vendredi prochain, pour répondre à cet appel hautement patriotique. Car, il s’agit de l’honneur et de la dignité des maliens. Elle a aussi salué la montée en puissance de nos Forces armées et de défense. Parce que, en ces temps, ce sont elles qui vont à la poursuite des ennemis, jusque dans leurs derniers retranchements.

Pour prouver davantage leur patriotisme au président Assimi Goita, elles se sont dirigées à la Primature pour rencontrer Choguel Kokalla Maiga. Celui-ci, malgré son agenda très chargé, a accueilli ces braves dames plus que motivées à répondre à cet appel patriotique. le Premier Ministre a réitéré lui aussi son invitation aux femmes du Mali à sortir nombreuses pour répondre à cet appel historique.

Diakalia M Dembélé

22 Septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.