Economie UNE

Autonomisation des femmes paysannes : 70 mille hectares à réaliser sur la période 2019-2023

Au bénéfice des femmes en milieu rural, le Programme Gouvernemental d’Aménagements hydro-agricoles réalisera 70 mille hectares sur la période 2019-2023. Ce projet entend assurer une véritable autonomisation des femmes agricoles.

Le Conseil des Ministres ordinaire du mercredi 13 mai 2020 par visioconférence s’est tenu sous la présidence de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République.

Au chapitre des communications, sur le rapport du ministre de l’Agriculture, le Conseil des Ministres a examiné une communication écrite relative au projet de Programme Gouvernemental d’Aménagements hydro-agricoles de 70 mille hectares à réaliser sur la période 2019-2023.

Le développement du secteur agricole est confronté à plusieurs contraintes, notamment sa dépendance aux aléas climatiques.

Le Programme Gouvernemental d’Aménagements hydro-agricoles est initié pour apporter une réponse à cette contrainte qui pèse sur le développement durable de notre agriculture.

L’objectif global du programme est de contribuer à promouvoir un secteur agricole moderne et compétitif.

Le programme prévoit l’aménagement progressif des zones recelant de fortes potentialités hydro-agricole de 70 mille hectares dont 47 mille 8 cent hectares de grands aménagements et 22 mille 2 cent hectares d’aménagement de proximité comprenant mille hectares pour la promotion du maraîchage au profit des femmes sur l’ensemble du territoire national.

Bakary Togola face au juge d’instruction aujourd’hui 18 mai 2020

La mise en œuvre de ce programme permettra entre autres : l’amélioration de la productivité Agricole, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau local ; l’autonomisation des femmes en milieu rural ; l’augmentation des revenus des producteurs ; la concentration des activités agricoles sur les terres aménagées et la rationalisation de l’occupation de l’espace.

Le financement du Programme sur la période 2019-2023 est assuré par l’Etat, les Partenaires techniques et financiers et le Secteur privé.

Ousmane Morba

L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *