Mahmoud DICKO-imam Bamako-Mali
Actualité UNE

L’imam Dicko : « Nous avons demandé une audience avec le Président, jusqu’aujourd’hui nous n’avons pas eu de réponse »

L’imam Mahamoud Dicko a organisé hier dimanche, 28 novembre 2021 une journée de prière pour le Mali suivie d’un point de presse sur le terrain de football de Bacodjicoroni. C’était en présence d’un parterre de personnes venues de tous les horizons pour la circonstance.

Première sortie de l’imam depuis 2020, Mohamoud Dicko fait la gènèse de sa lutte pour la cause du Mali.Tout d’abord, il a remercié le bon Dieu pour sa clémence et sa miséricorde.  »Chers musulmans, j’ai choisi ce jour ci pour prier, afin que le bon Dieu sauve notre cher Maliba. Personne n’est sans savoir ce que le pays traverse dans ces derniers temps. Ce que j’ai vu de ce pays et ce que le pays traverse, m’ont poussé à penser sur son avenir d’où cette journée de prières pour le pays », a déclaré l’imam Diecko.

Dieu n’a pas besoin de menteur, a-t-il martelé, surtout ceux qui m’ont traité de complicité avec la France. Je mets en garde tous ceux qui l’ont fait  et ceux qui continuent à le faire aujourd’hui.  »Ce que j’ai fait pour ce pays personne n’est pas sans le savoir. J’ai averti dans le passé les autorités à l’époque surtout sur l’affaire du djihadisme. En ces temps, j’ai fait savoir que le terroriste Iyad n’est autre qu’un simple citoyen, il faut négocier avec lui. Mais j’ai été traité de tous les noms par certaines personnes qui vivent encore », regrette l’imam de Badalabougou.

Après les tracaceries entre lui et ATT, Amadou Haya et son ancien fidèle ami IBK qui ont tous fini mal après avoir trahi les propos de Dicko. L’imam met en garde les autorités actuelles du pays.

A LIRE AUSSI

Application de l’APR : Attaye Ag Mohamed de la CMA regrette « l’unilatéralisme gouvernemental »

Parlant d’IBK, l’éclairé a fait savoir que le  »jour où IBK à osé dire que je suis un terroriste, c’est ce jour que j’ai dit au Bon Dieu de trancher la vérité entre moi et lui. C’est après que j’ai déclaré publiquement que le pouvoir d’IBK est fini. Vous connaissez la suite ».

Après le coup, explique l’imam Dicko,  »j’ai dit à Assimi de laisser le pouvoir à un civil, qu’il est jeune et peut laisser le pouvoir à un civil ».

Depuis le deuxième coup d’Etat, je n’ai jamais rencontré Assimi et son PM, regrette l’imam de Badalabougou.  »Depuis un certain temps, je vois que les choses ne marchent pas comme souhaité par les maliens. Vu la situation, j’ai été chez Haidara au Haut Conseil Islamique et Jean Zerbo. J’ai dit à ces gens de se lever pour sauver du pays. Ensemble nous avons demandé de rencontrer le Président de la Transition en vain », ajoute l’imam.

Il appelle les Maliens à la communion et à la retenue. Laissons nos égaux, nos différends, afin de faire sortir le pays de ce gouffre.  »Les champs sont brûlés, les animaux sont volés, personne ne connait qui est qui. Détester  les gens le jour, et aller les supplier la nuit ne sert à rien », à en croire l’imam.

Il demande aux Chefs d’Etat de la CEDEAO leur indulgence, leur accompagnement et leur compréhension. Le peuple malien est reconnaissant mais pas ingrat.

Dans les prochains jours, il espère que les autorités de ce pays vont changer pour de bon. La cérémonie a pris fin par des prières pour la stabilité de le pays.

Brehima DIALLO

22 Septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.