Adama Ben Diarra- Ben Le Cerveau-Leader mouvement Yerewolo Débout sur les Remparts
Actualité UNE

Soutien a la transition contre les sanctions de la CEDEAO : Mobilisation inédite ce vendredi à Bamako

Contrer les sanctions de la Cédéao, soutenir énergiquement les autorités de la Transition… Le Mouvement Yèrèwolo et plusieurs organisations de la société civile se donnent rendez-vous, ce vendredi 14 janvier 2022,  à la place de l’Indépendance, pour une démonstration de force et de soutien au Président Assimi Goita et à son Gouvernement.  

L’appel à la mobilisation générale a été lancé dans l’après-midi du mercredi dernier à la Bourse du travail, épicentre de tous les préparatifs d’organisation de grandes manifestations dans la capitale.  Une conférence de presse transformée donc à un meeting où chaque leader de mouvement passait, tour à tour, livrer son message d’invitation à la grande mobilisation du vendredi 14 janvier.

Autour de Adama Diarra alias Ben Le Cerveau, patron du Mouvement Yèrèwolo et figure incontestée de tous les grands rassemblements de soutien à la Transition ou de contestation contre la présence des forces françaises Barkhane dans notre pays, la rencontre d’appel à la mobilisation générale des Maliens contre les sanctions de la CEDEAO avait un seul mot d’ordre : montrer à la France, à la CEDEAO et à l’UEMOA que les Maliens restent unis, soutiennent les autorités de Transition.

A LIRE AUSSI

MALI Y A QU’À Y A QU’À : Choguel a mélangé la transition !

Cette grande mobilisation du vendredi, prévue pour 13 heures, à la place de l’Indépendance  vise donc à dire ‘’Non’’ aux décisions de sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali. Par la même occasion, les organisateurs entendent exprimer leurs soutiens indéfectibles aux autorités de la transition.

Plusieurs leaders d’organisation ont pris la parole pour lancer l’invitation à la mobilisation générale. Selon certains, la France n’est pas neutre dans la prise des décisions de sanctions de la CEDEAO. Ils estiment qu’elle a pesé sur la volonté des Chefs d’Etat, réunis, le 9 janvier dernier, en sommet extraordinaire sur le Mali à Accra.

« La France va travailler parce qu’elle a vécu des siècles sur le dos des Africains. Elle va être repoussée à Bamako comme cela a commencé en Centrafrique », déclare une dame, visiblement, très remontée quand elle prononce le nom de la France. « Les Maliens sont des hommes d’honneur et de dignité », ajoute-t-elle.

«Nous devons sortir du CFA pour créer notre propre monnaie. Nous devons accepter la difficulté qui en découlera. Donnons-nous la main », poursuit un autre intervenant, qui selon lui, la jeunesse reste engagée pour soutenir la transition et combattre tous ceux  qui la combattront.

Livrant son message, Ben Le Cerveau a invité les Maliens à l’union sacrée autour du Mali. « Gagnons d’abord la grande guerre, après nous aurons tout le temps, pour faire les petites guerres », indique-t-il. Le leader du Mouvement Yèrèwolo qui a avalé plusieurs mouvements et regroupements socio professionnels, depuis un certain temps, a laissé entendre que le rendez-vous de rassemblement pour le vendredi 14 janvier est crucial et aucun malien ne doit rester en marge.

Selon lui, des artistes, des rappeurs, des humoristes et d’autres figures majeures de la musique malienne, seront tous à la place de l’indépendance. Mais, avant, ajoute-t-il, l’imam Oumarou Diarra, ministre délégué de la solidarité en charge des déplacés et des refugiés, dirigera la grande prière du vendredi en direct de la place de l’indépendance. Et le PM Choguel Maiga fera une déclaration solennelle.

Ousmane Morba

L’Observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.