Non classé

Vieux et Vivant, je témoigne !

Nous assistons depuis une interview de l’actuel Ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Eau sur les ondes de la télévision Nationale ORTM dans l’émission MALIKURA TAASIRA à une déferlante de réaction de la part des prétendus soutiens à la mémoire de Président ATT. En tant que retraité de cette société qui fut créée le 14 octobre 1960, j’ai intégré Energie du Mali en septembre 1981 et j’ai fait valoir mon droit à la retraite en 2016. Donc je suis mieux placé pour départager le vrai du faux de l’intervention du jeune Ministre. L’honnêteté et la dignité d’un Senoufo m’obligent à dire la vérité en toute circonstance.

Je ne suis ni détracteur des régimes passés ni un admirateur de la transition en cours mais je me dois de rectifier les choses. Sans démagogie aucune, le secteur d’Électricité n’a pas connu de véritables investissements lui permettant de faire face au défi du moment et prévenir l’avenir. Tous les régimes ont fait du « tape à l’œil » et ont toujours pointé du doigt accusateur le Directeur General comme l’homme du chaos raison pour laquelle sur les 15 dernières années l’EDM-SA a connu dix Directeurs Généraux tous remerciés pour défaut de résultat. Alors que le véritable défaut c’est l’absence d’investissements (ô sacrilège) plutôt l’insuffisance d’investissements ou choix d’investissements mauvais ou hasardeux au demeurant pires que l’absence d’investissements.

Ceux qui accusent aujourd’hui l’actuel ministre d’avoir sali la mémoire d’un grand homme comme ATT, c’est eux qui l’ont sali de son vivant notamment sur la question d’énergie.

Je reviens sur le cas de Balingué comme évoqué par un prétendu conseiller de ATT chargé des investissements qui dit que « reprise totale de 24 MW à Balingué et 36 MW qui étaient composés des groupes de locations et les Ring Power et des groupes MTU de fabrication Indienne» mais il oublie d’ajouter que ces projets mort-nés financés à coût des dizaines de milliards de CFA dénommé Centrale Indienne de Balingué n’a jamais fonctionné raison pour laquelle ce projet n’a jamais été inauguré par ATT pour qui qui connait sa détermination à participer à toute cérémonie de lancement des projets. Le témoin vivant de ce fiasco est bien l’actuel Président de l’OMVS et le conseiller Madani TALL qui ont fait plusieurs déplacements pour obliger EDM à accepter ces groupes qui ont été vendus au kilo de ferraille car la centrale indienne n’a jamais fonctionné. Ces milliards d’investissements sont aussi la résultante du niveau de l’endettement actuel de l’EDM-SA.

La mémoire ne doit pas être sélective quand il s’agit de défendre un bilan. Saviez-vous que Felou qui était un patrimoine de l’EDM-SA a été bradé à l’OMVS à hauteur 3 milliards pour en faire un barrage communautaire de 64 MW appartement (Mauritanie, Sénégal et Mali) et le Mali devient un simple acheteur de cette énergie à hauteur 45% et les 55% sont réservés aux autres pays quel gâchis ! le cas de Gouina ou le conseiller arbore avec fierté, il oublie de mentionner que le Mali ne peut enlever plus de 34% de cette énergie qu’elle ne peut d’ailleurs pas transportée en l’absence de ligne et les 66% de cette énergie sont réservés au Sénégal et la Mauritanie malgré l’existence du barrage sur le territoire malien.

Les exemples ne manquent pas. Au moment où ces mêmes voisins nous imposent les embargos inhumains et irresponsables et profitent en même temps de l’énergie de nos barrages de Manatali, Felou et Gouina. Alors peut-on parler d’investisseurs structurants et avantageux pour le Mali ma réponse est négative. Le seul tort de ce ministre qui a l’âge de mon deuxième garçon est de dire avec brutalité ce que tous les régimes ont dit avec caresse.  Il aurait dû dire investissements chaotiques ayant entraîné un endettement superflu de EDM qui pire que l’absence d’investissements sur 20 ans à mon sens.

A bon entendeur salut

Ancien cadre retraité de EDM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.