Salikou Sanogo et Gouagnon Coulibaly-URD-bicéphalisme
Politique UNE

Bataille judiciaire à l’URD : Entre Pr Salikou et Gouagnon, le tribunal a tranché

Alors que le Tribunal de grande instance de la commune 5 de Bamako a ordonné à Salikou Sanogo et à son challenger Gouagnon Coulibaly de surseoir à tous actes en qualité de président de l’URD jusqu’à la décision sur l’instance en validation d’élection pendante devant la Cour d’appel de Bamako, il faut noter que Pr Sanogo peut exercer en tant que 1er Vice-Président en attendant la fin de la bataille judiciaire. Comme l’explique le secrétaire général du Bureau Exécutif National (BEN), Daouda Touré, ce mardi 24 mai 2022, dans un communiqué dont la teneur ci-dessous.

Icimali.com ( Bamako, le 24 mai 2022)

Communiqué de l’URD

L’URD informe ses militants et sympathisants qu’après la défense à exécution ordonnée par la Cour d’appel de Bamako en son audience du 22 avril 2022, au lieu de s’en remettre à bon droit, le nommé Gouagnon Coulibaly a déposé une nouvelle assignation aux fins de mesures conservatoires auprès du juge des référés du tribunal de grande instance de la commune 5 du District de Bamako auquel il a demandé deux choses :

1- De lui interdire à lui Gouagnon Coulibaly et à Salikou Sanogo de poser des actes en tant que président ou à leur nom.

2- De mettre sous scellés le bureau et les documents du Président défunt Soumaila Cissé.

Le juge des référés du Tribunal de grande instance de la commune 5 en son audience de ce 24 mai 2022 a rendu la décision dont le dispositif est ainsi conçu Nous, juge des référés, Statuant par décision contradictoires, en premier ressort,

Rejetons l’exception d’incompétence et les fins de non-recevoir

Déclarons l’assignation recevable.

Ordonnons à Mr Salikou Sanogo et à Mr Gouagnon Coulibaly de surseoir à tous actes en qualité de président de l’urd jusqu’à la décision sur l’instance en validation d’élection pendante devant la cour d’appel de Bamako.

Fixons l’astreinte à un million de fcfa par acte constaté.

Rejetons le surplus de la demande…

A LIRE AUSSI

Projet de loi électorale sur la table du CNT : « Des pièges politiques » selon Yaya Sangaré

A l’analyse de cette décision qui est loin d’être définitive, car susceptible d’être querellée devant la Cour d’appel de Bamako, on note clairement que le point 2 de la demande de Gouagnon Coulibaly a été purement et simplement rejetée. (Rejetons le surplus de la demande).

S’agissant du point 1, si Gouagnon Coulibaly et Salikou Sanogo doivent surseoir de poser des actes en qualité de Président de l’URD, il est évident que Salikou Sanogo n’est nullement interdit d’agir au nom de l’URD en sa qualité de 1er Vice-président comme il le fait habituellement.

Malgré la clarté du dispositif du jugement, si certaines personnes, par méconnaissance des procédures judiciaires, s’adonnent à des interprétations erronées sur les réseaux sociaux pour soulager leur conscience, le parti, quant à lui, invite tous ses militants et sympathisants à rester vigilants, sereins et à ne pas céder à la désinformation et à la provocation.

Le Professeur Salikou Sanogo, en sa qualité de 1er Vice-président du parti, continuera à agir au nom de l’URD, comme il l’a toujours bien fait.

Le Bureau Exécutif National, félicite encore ces nombreuses militantes et ces nombreux militants qui ont décidé, après avoir été victimes des manoeuvres frauduleuses contraires à la vision de feu Soumaila Cisse, aux valeurs et éthiques de l’URD, de revenir à la vérité en rejoignant le parti sous le leadership éclairé du Professeur Salikou Sanogo.

L’URD vous tiendra informé de l’évolution de la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.