EDITO SANS DÉTOUR

Editorial : Restaurer la démocratie

Il y a six ans, votre bihebdomadaire L’Observatoire a vu le jour. Il joue toute sa partition dans l’édification de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays.  Une démocratie chèrement acquise par le peuple à la suite d’une lutte acharnée, menée contre le régime dictatorial du général Moussa Traoré  en mars 91. Des années après, la chute précitée du pouvoir démocratique d’Ibrahim Boubacar Keita a mis à mal cette démocratie qu’il faudra restaurer et consolider.

Difficile donc pour nous d’écrire ces lignes sans jeter un vif regard sur quelques temps forts de la Transition, rentrée dans sa deuxième phase de vingt-quatre mois à compter de mars 2022.

Les sanctions économiques et financières de la CEDEAO au cours desquelles les populations maliennes ont affronté avec leurs maigres moyens de bord la cherté de la vie sont derrière nous.  Le sommet d’Accra du 3 Juillet a été donc salvateur, six mois après, mettant fin à la souffrance des Maliens, déstabilisés par la situation sécuritaire.

La commission de rédaction de la nouvelle Constitution a entamé ses travaux. Le chronogramme pour les élections référendaire, municipale, législative et présidentielle est connu. Le Ministre de l’Administration territoriale a eu sa première rencontre avec la classe politique le 21 juillet dernier, en présence de l’envoyé spécial de la CEDEAO pour le Mali, l’ancien président du Nigeria Goodluck Jonathan. Objectif : convenir avec les responsables politiques des modalités de désignation de leurs représentants au sein de l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE).

A LIRE AUSSI

Hamidou Doumbia du parti Yelema répond au M5-RFP/Choguel : « Quand l’inélégance croise l’inexactitude »

Cependant, le débat politique reste tendu entre le gouvernement et la classe politique, incarné par des leaders du M5 RFP proches du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga et l’ex majorité présidentielle.

Ce contexte politique, à la limite, conflictuel entre les tenants du pouvoir et des responsables des partis politiques appelant à la mise en place d’un Gouvernement d’union nationale, selon des observateurs avertis, doit céder place à l’union sacrée de toutes les forces vives et permettre à la transition de réussir sa mission.

S’il faut saluer la dynamique en cours, force est de reconnaitre qu’il reste beaucoup à faire, d’abord sur le plan du panier de la ménagère et ensuite la poursuite des efforts engagés.

Alors qu’elle est un pan essentiel pour aider les autorités, la presse est snobée, frappée jusqu’à sa moelle épinière par la Transition. Les traditionnels abonnements ou encore assistances medias dans les ministères et autres structures de l’Etat ont été délibérément suspendus. Malgré tout, les hommes de media restent debout afin que le peuple ne puisse manquer son droit à l’information.

Nous avons espéré nécessaire d’écrire ces lignes pour marquer le sixième anniversaire de votre journal préféré L’Observatoire, ce vendredi 29 juillet 2022. Elles sont un rappel à vous, nos fidèles lecteurs, partenaires et annonceurs, que nous sommes à vos services.

Ousmane Morba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.